Affaire d'Outreau : pourquoi Daniel Legrand a-t-il été acquitté deux fois ?

Affaire d'Outreau : pourquoi Daniel Legrand a-t-il été acquitté deux fois ?

Dans cette affaire, c'est Jonathan Delay qui avait désigné Daniel Legrand parmi ses violeurs pour la première fois à Rennes. "Je me promenais avec un poids depuis 10 ans et je l'ai déposé à la barre", avait-il déclaré à l'époque. De son côté, Daniel Legrand avait fait une simple déclaration avant l'annonce du verdict en 2015 : "Moi et mon père, on est innocents, je le dis avec force, courage et dignité". Dans son réquisitoire, l'avocat général Stéphane Cantero avait demandé l'acquittement de Daniel Legrand, comme l'avait rapporté Sud Ouest en 2015.

Fin heureuse pour Daniel Legrand, il y a été acquitté par la cour d'assises des mineurs d'Ille-et-Vilaine. "A l'ensemble des questions sur la culpabilité de Daniel Legrand il a été répondu non", avait déclaré Philippe Dary, président de la cour. Cela après plus de cinq heures de délibérations. Rappelons que le père de Daniel Legrand a également été acquitté lors de cette retentissante affaire de pédophilie d'Outreau, Pas-de-Calais. Il est mort en 2012.

Affaires d'Outreau : les accusations sont le fruit de souvenirs reconstruits

A de nombreuses reprises les avocats de la partie civile avaient souligné l'importance de ce procès. Ce procès qui redonnait la parole aux victimes qui avaient vécu un véritable enfer. Seulement, Sud Ouest souligne qu'il était difficile de savoir quel bénéfice le verdict allait offrir aux jeunes hommes, Chérif, Dimitri et Jonathan Delay. Rappelons qu'ils s'étaient (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Une star de téléréalité condamnée à 6 ans de prison pour une escroquerie particulièrement immorale
Sa petite fille malade, elle consulte une dizaine de médecins qui ne l'écoutent pas, avant un test dévastateur
TÉMOIGNAGE Mon neveu porte le prénom de mon père décédé et je trouve cela irrespectueux
Renvoyée chez elle par l'hôpital une maman accouche dans son allée de garage
Assassinat de quatre étudiants : ces détails déstabilisants au coeur de l'affaire