Affaire Djokovic: pour Nadal, «le plus juste» est que le Serbe dispute l'Open d'Australie

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Reuters
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Tout en expliquant ne pas toujours être d'accord avec Novak Djokovic, Rafael Nadal estime que "la justice avait parlé", après la libération du Serbe du centre de rétention où il avait été placé à son arrivée dans le pays.

Rafael Nadal a estimé lundi que "le plus juste" était que Novak Djokovic puisse disputer l'Open d'Australie, puisque "la justice a parlé" en ordonnant sa libération du centre de rétention où il avait été placé à son arrivée dans le pays. "Même si je peux être d'accord ou non sur certaines choses avec Djokovic, la justice a parlé" et "je crois que le plus juste" est que le N.1 mondial, qui veut entrer en Australie sans être vacciné contre le Covid-19, dispute le premier tournoi du Grand Chelem de l'année, a estimé Nadal sur la radio espagnole Onda Cero.

La justice "a déclaré qu'il avait le droit de participer à l'Open d'Australie et je crois réellement que c'est le plus juste si c'est ce qui a été décidé, et il semble que ce soit le cas", a ajouté l'Espagnol. Un juge australien a ordonné lundi la libération immédiate de "Djoko", qui, depuis son arrivée le 5 janvier en Australie pour y disputer l'Open, était détenu dans un centre de rétention pour migrants à Melbourne.

"Toujours un défenseur de la justice"

Cette décision de justice est une victoire pour le Serbe qui veut entrer en Australie sans être vacciné contre le Covid-19 mais le gouvernement australien a prévenu qu'il pouvait encore décider d'expulser le joueur, ce qui aurait pour conséquence de lui interdire toute entrée sur le territoire australien pendant trois ans.

Pour Nadal, "au final, c'est la justice qui doit parler, je suis toujours un défenseur de la justice", a-t-il encore dit.

"Sur le plan personnel, je préfère de loin qu'il ne joue pas", a déclaré Nadal en riant, avant d'assurer que "pour notre sport, c'est bien mieux que les meilleurs soient sur le court en train de jouer plutôt que d'être ailleurs".

Lire la suite sur Paris Match

VIDÉO - Open d'Australie : Djokovic remporte une manche mais risque toujours l'expulsion

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles