Affaire Delphine Jubillar : la remise en liberté de son mari demandée

·1 min de lecture
Cédric Jubillar, le mari de Delphine Jubillar, disparue en décembre 2020. 
Cédric Jubillar, le mari de Delphine Jubillar, disparue en décembre 2020.

Un dossier « sans preuve aucune », selon les avocats de Cédric Jubillar, qui ont défendu, ce mardi 6 juillet, sa remise en liberté devant la cour d?appel de Toulouse. Cédric Jubillar, qui clame son innocence depuis le début, a été mis en examen et écroué pour le meurtre de son épouse Delphine. Le corps de l?infirmière de 33 ans, disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre à Cagnac-les-Mines, dans le Tarn, n?a pas été retrouvé.

« On n?a pas réussi à réunir des preuves, alors on nous fait la preuve par la négative. On n?a rien trouvé, donc c?est lui. Tout ce qu?il va faire ou ne pas faire, sera retenu contre lui », s?insurge l?un de ses avocats, Jean-Baptiste Alary, devant les magistrats de la chambre de l?instruction. Il fait notamment référence aux déclarations à la presse, le 18 juin, du procureur de Toulouse Dominique Alzéari, qui a développé une liste d?indices présentés comme autant d?éléments à charge.

Des « fuites continues et insupportables »

Une conférence de presse, peu après la mise en examen du peintre plaquiste de 34 ans et père de deux enfants, est jugée « désastreuse et honteuse » par Alexandre Martin, autre avocat de Cédric Jubillar, il est « cloué au pilori par un procureur qui s?est départi de toutes les règles de déontologie ».

« Après six mois d?enquête, des centaines d?auditions, des écoutes téléphoniques, on a affaire à un dossier dans lequel il n?y a pas de scène de crime, ni aucun élément qui permette de dire si un crime a eu lieu », clam [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles