Affaire Delphine Jubillar : son mari Cédric reste en prison

·1 min de lecture
Le peintre plaquiste de 34 ans avait « de très grandes difficultés, affectives et matérielles, à accepter cette séparation », selon Dominique Alzeari.

L'homme de 34 ans, mis en examen pour « homicide volontaire par conjoint », réclamait sa libération. L'audience a été reportée au 6 juillet.

Cédric Jubillar reste derrière les barreaux. Mis en examen le 18 juin pour « homicide volontaire par conjoint » et écroué dans la foulée, six mois après la disparition de son épouse Delphine, le peintre plaquiste de profession avait fait appel de son placement en détention ce mardi 29 juin 2021, comme le relataient nos confrères de BFMTV. Mais l'audience, qui devait se tenir à Toulouse (Haute-Garonne), a été reportée au 6 juillet à la demande de ses avocats, révèle France 3 Occitanie. Sa défense assure en effet ne pas avoir eu accès à toutes les pièces du dossier.

L'avocat de Cédric Jubillar, maître Alexandre Martin, a dénoncé avec force les éléments apportés par le parquet pour étayer la responsabilité de son client dans la disparition de Delphine Jubillar. « Il n'y a pas de scène de crime, il n'y a pas d'aveux. Il n'y a absolument rien aujourd'hui pour déjà retenir l'idée qu'il puisse être coupable d'un homicide », assène-t-il.

À LIRE AUSSI Arrestation de Cédric Jubillar : « On est dans la morale, pas dans le droit ! »

La « disparition criminelle » privilégiée

Lors d'une conférence de presse, le 18 juin, le procureur Dominique Alzeari avait indiqué que le parquet privilégiait une « disparition criminelle ». Il y a une « présomption d'homicide » et les recherches de la mère de famille se poursuivent à « un haut niveau », avait ajouté le magistrat, mettant l'accent sur un « contexte de séparation très conflictuel » avec une violente dispute le soir du 15 décemb [...] Lire la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles