Affaire Delphine Jubillar : un journal du Tarn victime de deux étranges cyberattaques

·1 min de lecture

Le jeudi 11 mars, le "Journal d'Ici" (Tarn) publie sur son site un article consacré à un protagoniste très secondaire mais "particulier" de l'affaire Jubillar. Une publication suivie d'une puis deux cyber attaques. Explications.

Une étrange coïncidence. Jeudi 11 mars, le site internet du Journal d'Ici a subi une cyberattaque, visant manifestement un article titré " Disparition de Delphine Jubillar, l'énigmatique Régis Mullot ". Une courte enquête qui dépeint un personnage intrigant quoique secondaire dans le dossier de cette mère de famille disparue en décembre 2020 dans le Tarn.Également publié dans l'hebdomadaire du 11 mars, le papier évoque un " provocateur malsain ". Ange (son véritable prénom) Mullot* se met régulièrement en scène dans des vidéos en direct, non sauvegardées, sur son groupe Facebook " Anonymous ".

À la question d'une internaute sur la disparition de Delphine Jubillar, se demandant si " les voisins n'auraient pas entendu de cris ", Ange aurait répondu dans une vidéo, selon plusieurs témoins : " Elle n'a pas crié, elle est rentrée directement dans la voiture ". D'après l'article, il aurait également reconnu avoir " croisé le profil de Delphine Jubillar " sur un site de rencontres qu'elle utilisait.Dans une autre partie, le journal mentionne une perquisition à son domicile. Sans jamais évoquer une quelconque implication d'Ange Mullot dans l'affaire Jubillar, le journal met surtout en avant un homme coutumier des propos curieux, " provocateurs " au...

Lire la suite sur Marianne

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

Affaire Bygmalion : le procès de Nicolas Sarkozy reporté en mai

"Quand on est emmerdé par une affaire..." : le théorème de Pasqua, version Covid-19

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

Affaire Griveaux : la justice valide l'interpellation de Pavlenski et de Taddeo, l'enquête repart