Affaire Daval: le délai pour interjetter appel est écoulé, il n'y aura pas de deuxième procès

Ambre Lepoivre
·2 min de lecture
Croquis d'audience montrant Jonathann Daval au dernier jour de son procès devant la cour d'assises de Haute-Saône qui l'a condamné à 25 ans de réclusion criminelle, le 21 novembre 2020 à Vesoul - Zziigg © 2019 AFP
Croquis d'audience montrant Jonathann Daval au dernier jour de son procès devant la cour d'assises de Haute-Saône qui l'a condamné à 25 ans de réclusion criminelle, le 21 novembre 2020 à Vesoul - Zziigg © 2019 AFP

La peine de prison prononcée à l'encontre de Jonathann Daval est désormais définitive. Le délai de 10 jours qui lui permettait de faire appel de sa condamnation à 25 années d'emprisonnement est arrivé à échéance ce mardi à minuit, rapporte Le Parisien. La nouvelle était attendue car, le jour du verdict, les avocats de l'accusé avaient déjà annoncé leur intention de ne pas contester la décision de justice.

L'accusé lui-même avait indiqué qu'il accepterait la sanction qui serait prononcée, quelle qu'en soit la sévérité.

"Je dois payer pour les actes que j'ai commis", avait déclamé à la barre celui qui a reconnu sa volonté de tuer son épouse, Alexia Fouillot.

Mais "jusqu'au dernier jour, tout était possible, car si je crois en la parole de ses avocats, je ne crois pas en celle de Jonathann Daval", a réagi auprès du Parisien Me Gilles-Jean Portejoie, l'avocat de la famille d'Alexia Fouillot. Les proches de la jeune femme "vont pouvoir se projeter dans le futur et fermer cette porte judiciaire", a-t-il commenté. À l'issue de ce procès très médiatisé, la famille de la victime avait déjà fait part de sa volonté de tourner la page.

"Justice a été rendue"

Le ministère public, qui avait pourtant requis lors de l'audience une peine de réclusion à perpétuité, avait également annoncé son intention de ne pas faire appel.

"J'avais indiqué que la décision qui a été rendue par les jurés serait la bonne, on est dans une recherche d'apaisement désormais", avait commenté au micro de France Bleu Besançon le procureur de la République, Emmanuel Dupic. "La Haute-Saône a besoin de tourner la page (...) Justice a été rendue", a-t-il poursuivi.

La peine étant désormais définitive, Jonathann Daval doit être transféré en maison centrale pour purger sa peine. "En général c'est assez rapide, mais il n'y a pas de délai légal et pour l'instant il n'y a strictement rien de décidé" concernant la prison vers laquelle il sera dirigé, avait indiqué à l'AFP son avocat Me Randall Schwerdorffer. En attendant, le détenu devrait rester à l'isolement.

Article original publié sur BFMTV.com