Affaire Damien Abad : Elisabeth Borne invite les victimes à déposer plainte

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
ELIOT BLONDET /ABACAPRESS.COM
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Au lendemain de nouvelles révélations de Mediapart dans l'affaire Abad, la Première ministre Elisabeth Borne, interrogée sur le sujet en marge d'un déplacement de campagne, a invité les femmes victimes de violences sexuelles à déposer plainte.

L’affaire Abad perturbe les premiers pas de la Première ministre. Lors d’un déplacement de campagne, mercredi dans le Calvados où elle est candidate, Elisabeth Borne a été interrogée sur le sujet, après de nouvelles révélations publiées la veille par Mediapart . Damien Abad , ex-président des députés LR et actuel ministre des Solidarités du gouvernement Borne, déjà mis en cause pour violences sexuelles, est visé par de d'autres accusations de la part d'une femme qui dit avoir subi une tentative de viol en 2010, selon son récit livré au site d’investigation.

"Je ne peux pas me prononcer sur la base de témoignages anonymes"

«C'est essentiel que sur ces sujets la parole des femmes (...) soit entendue. Vous comprenez bien que je ne peux pas me prononcer sur la base de témoignages anonymes», a-t-elle déclaré à la presse sur le marché de Villers-Bocage, dans la 6e circonscription qu’elle espère décrocher dimanche . «En tant que Première ministre, je le dis aussi en tant que femme, il faut permettre à la justice d'établir les faits. Il ne faut pas hésiter à aller porter plainte. (...) Je ne suis pas un juge et les enquêtes ne se font pas avec des témoignages anonymes. Tout est fait pour (...) accueillir au mieux les femmes pour qu'elles puissent déposer plainte et que la justice puisse établir des faits», a-t-elle ajouté. Matignon avait donné à Mediapart une réponse de la même teneur dans son article publié mardi.

Damien Abad "réfute catégoriquement"

Dans le témoignage recueilli par Mediapart, la jeune femme baptisée Laëtitia, un prénom d'emprunt, une «élue centriste», accuse Damien Abad d'avoir tenté de la violer lors d'une fête organisée chez lui, à Paris, au premier semestre 2010. Sans évoquer explicitement une plainte,(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles