Affaire d’Outreau : "En-dessous de mon lit"... 20 ans après, Jonathan Delay maintient qu’une fillette a été tuée

Sa lettre avait fait l’effet d’un coup de tonnerre. Le 9 janvier 2002, alors qu’il est incarcéré parce que soupçonné d’avoir joué un rôle dans un réseau pédophile autour de la ville d’Outreau, dans le Pas-de-Calais, Daniel Legrand fils, 20 ans, envoie une lettre à la rédaction de France 3. Dans cette lettre, le plus jeune des accusés d’Outreau révèle avoir été témoin du meurtre d’une petite fille à la fin des années 1990. "Fin 99, je me trouvais chez les Delay quand Thierry Delay et un vieux monsieur sont arrivés accompagnés d’une petite fille de 5 à 6 ans, et soit disant belge, d’après Thierry, écrit-il. (…) Le vieil homme a abusé de la petite mais la petite a hurlé et c’est là que Thierry l’a battue à mort à la tête." Sinistre, cette lettre donne lieu à de nombreuses recherches autour de la tour du Renard, mais jamais le corps de la fillette ne sera retrouvé. L’identité de cette dernière restera également un mystère. Et pour cause, il est possible que cette histoire ait été inventée de toutes pièces.

Pour Jonathan Delay, il y a bien eu meurtre

Le 19 février 2002, Daniel Legrand fils revient sur ses déclarations, expliquant avoir tout inventé pour "coincer Myriam Badaoui", l’une des principales accusées de l’affaire et son accusatrice. "Pour lui, il y a cette stratégie de ‘je vais inventer quelque chose qui n’a jamais existé et Myriam Badaoui va tomber dans le piège", explique son avocat dans le (...)

Lire la suite sur Closer

Mort de Jean-Pierre Pernaut : un mystère autour de sa tombe, Nathalie Marquay lève enfin le voile
TÉMOIGNAGE. "Mon fiancé respirait la santé il y a 8 semaines, mais il est mort la semaine dernière"
Disparition d’Emile au Vernet : pourquoi les "résultats" de la reconstitution ne sont pas pour tout de suite
Maria Casarès : de quoi est morte celle qui fut le grand amour d’Albert Camus ?
Cancer de Kate Middleton : il est temps pour Harry et Meghan de lui demander pardon "pour les dégâts causés"