Affaire Coquerel : Rousseau exige une mise en retrait de la commission des Finances, Quatennens s'y oppose

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La députée écologiste et militante féministe Sandrine Rousseau a appelé vendredi Éric Coquerel, député Insoumis visé par une enquête préliminaire pour agression et harcèlement sexuel s, à se mettre le temps de l'enquête "en retrait" de la présidence de la commission des Finances. "Il ne doit pas présider le temps de l'enquête", a déclaré Sandrine Rousseau sur France 2. "Je ne l'appelle pas à démissionner", a-t-elle précisé, parlant de "mise en retrait".

Visé par une enquête pour agression et harcèlement sexuels

Éric Coquerel, élu de Seine-Saint-Denis et président de la puissante commission des Finances à l'Assemblée nationale, est visé par une enquête du parquet de Paris après la plainte d'une militante de gauche, Sophie Tissier , qui l'accuse de faits pouvant selon elle "s'apparenter à une agression sexuelle", ce qu'il conteste.

Lors d'une soirée dansante, à l'issue d'une journée de conférences, Éric Coquerel a eu des "gestes appuyés, ses mains étaient collantes et glissaient sur des parties du corps inappropriées (...), il effleurait mes fesses à plusieurs reprises", Sophie Tissier. "Une fois que cette enquête est réalisée alors, il pourra reprendre son poste de président de la commission des Finances, s'il n'y a rien", a précisé l'élue. En revanche, "s'il est mis en examen, il faudra qu'il démissionne". "Il faut respecter la parole des femmes", a-t-elle insisté.

Les faits en cause "ne justifient pas une mise en retrait".

Interrogé également sur le plateau de RMC-BFMTV, l'Ins...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles