Affaire conclue : Stéphane Vanhandenhoven explique pourquoi il a été privé de tournage par la production

·1 min de lecture

Il est l'un des acheteurs phares d'Affaire conclue. Pourtant depuis quelque temps, les fidèles de l'émission de ventes aux enchères n'ont plus le bonheur d'apercevoir sur le petit écran Stéphane Vanhandenhoven. Le désormais célèbre acolyte belge de Julien Cohen et Caroline Margeridon n'a pas participé aux derniers tournages du programme. Une absence annoncée par sa camarade le 26 février dernier lors d'une publication sur Instagram. "Dernière journée de tournage avant les vacances mes amours. On recommence le 10 mars... En espérant que notre amour de Stéphane Vanhandenhoven pourra revenir tourner avec nous", avait déclaré Caroline Margeridon sur le réseau social.

Avec la fermeture des frontières en Belgique, l'antiquaire, qui réside à Bruxelles, ne pouvait donc plus faire ses traditionnels allers-retours. Et même si les déplacements pour des raisons professionnelles sont autorisés, Stéphane Vanhandenhoven n'a malheureusement pas pu remettre les pieds sur le plateau d'Affaire conclue. Un coup dur pour l'acheteur qui en a profité pour garder le lien avec ses téléspectateurs sur les réseaux sociaux, où il donne de ses nouvelles.

Comme le rapporte Télé-Loisirs, ce dimanche 21 mars lors d'un live sur Instagram, Stéphane Vanhandenhoven est revenu sur ses absences dans Affaire conclue. Il a ainsi expliqué que s'il pouvait effectivement revenir en France, Warner, qui produit l'émission, a préféré qu'il reste chez lui "par précaution", afin d'éviter une déconvenue au dernier moment si (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Caroline Roux en guerre contre les réseaux sociaux : "Je sens une colère à l’égard de la presse"
Julia Paredes enceinte : "Je n'ai pas de très bonnes nouvelles"
Pierre Ménès accusé d'agression sexuelle : quelles suites judiciaires à l'affaire ?
Najoua Belyzel victime de sévices sexuels : ce calvaire qu’elle a subi entre ses 10 et 13 ans
Loïc (Koh-Lanta) en couple avec une Miss : pourquoi elle ne voulait pas médiatiser leur histoire