Affaire conclue : dépité, un vendeur s'agace en se rendant compte que son objet a été cassé après son expertise ! (VIDEO)

·1 min de lecture

Dans Affaire conclue, des vendeurs viennent proposer aux enchères des objets dont ils souhaitent se séparer. Objets de famille, objets chinés sur des brocantes ou encore trouvés au hasard de leur vie. C'est ce qui est arrivé à Gilles, un chineur de 61 ans venu de Bron, de passage dans l’émission pour la troisième fois, avec une magnifique statue en terre cuite. "Cet objet a une histoire. Avant le confinement, je promenais mon chien et il y avait un feu de poubelle vers un immeuble. Les flammes commençaient à lécher l’immeuble. Il y avait des cartons à côté, je les ai poussés pour ne pas que tout prenne feu. J’ai appelé les pompiers et une fois qu’ils étaient là, j’ai gratouillé dans les cartons et j’ai trouvé cet objet-là. On va dire que je l’ai sauvé des flamme", a-t-il raconté à Sophie Davant et à la commissaire-priseur Elsa Joly-Malhomme.

Cette dernière a reconnu illico une œuvre du célèbre sculpteur Ary Bitter, qui était dans un excellent état. L’experte a remarqué cependant un petit défaut sur la statue : "Il y a peut-être une toute petite restauration au niveau du doigt devant sa bouche", a-t-elle analysé. Mais dans l’ensemble, l’objet était en bon état et c'est pour ces raisons qu'elle l’a estimé à 200 euros. Confiant, Gilles est ensuite allé voir les acheteurs de l’émission. Mais une mauvaise surprise attendait le vendeur en salle des ventes, : "Il y a un petit doigt de cassé !", lui a fait remarquer Julien Cohen. "Pardon ?", s’est étonné l’acheteur. "Le doigt n’y est plus (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Carole (Koh-Lanta, les 4 terres) sous le choc après avoir été agressée avec son fils : "Il s’est fait tabasser"
Éventuelles mesures nationales, couvre-feu avancé dans certains départements... Les annonces de Jean Castex lors de sa conférence de presse (VIDEO)
Laurence Haïm, à propos de l'assaut du Capitole : "Je savais qu'il allait se passer quelque chose de terrible le 5 ou le 6 janvier"
Magloire craque et fond en larmes en évoquant sa réputation dans les médias : "J'en ai marre qu'on me prenne pour un abruti" (VIDEO)
Le jour où Eric Dupond-Moretti a été placé en garde à vue