Affaire Ciotti : pour justifier son cumul d’emplois, l’ex-femme du député a envoyé une attestation mensongère

© Jacques Witt/Sipa

L’ex femme du député LR Éric Ciotti, Caroline Magne, est mise en cause pour avoir cumulé plusieurs emplois en même temps. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet national financier. Elle a transmis une attestation censée prouver la légalité de son cumul. Mais son contenu serait faux.

Le parquet national financier (PNF) a ouvert mardi une enquête préliminaire contre Caroline Magne, l’ancienne épouse du député Les Républicains (LR) Éric Ciotti, pour détournement de fonds publics. Cette enquête fait suite à la publication de nombreux articles de presse selon lesquels elle aurait cumulé plusieurs emplois à l’Assemblée, à Nice et au sein du département des Alpes-Maritimes. Pour se défendre, Caroline Magne a transmis à la presse une attestation censée prouver la légalité de son cumul. Mais selon Libération, ce document serait faux.

Une attestation signée par Jean-Philippe Chauvin

Pendant près de dix ans, Caroline Magne a exercé plusieurs emplois publics tout en étant collaboratrice de son époux, Éric Ciotti, à l’Assemblée. Interrogée par Libération sur ce cumul d’emplois, l’ex-épouse du candidat à la présidence de LR a transmis un document attestant de sa légalité. Le document signé par Jean-Philippe Chauvin, ex-adjoint aux finances de la commune à l’époque, affirme qu’un emploi de « collaborateur de cabinet » à 40 % a été créé par délibération le 18 septembre 2014, et confié à Caroline Magne. « [Elle] a pris ses fonctions dans le cadre du temps non complet convenu, à savoir à concurrence de 40 %, étant précisé que l’intéressée a choisi par ailleurs, en accord avec le maire de la commune de la Colle-sur-Loup, d’exercer notamment, en cumul d’emplois, un emploi de collaboratrice parlementaire occasionnelle.»

Jean-Philippe Chauvin a bien confirmé à Libération (...)

Lire la suite sur LeJDD

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Éric Ciotti ministre de Marine Le Pen si elle est élue présidente ? Ce n’est pas impossible"