Affaire Christophe Dettinger : les coulisses des cinq jours d’enquête

Jean-Michel Décugis et Jérémie Pham-Lê
Après une cavale de 48 heures, Christophe Dettinger s’est rendu de lui-même à la police avec son avocat, lundi, vers 11h45

Auditions, expertises… Pour retrouver le boxeur des Gilets jaunes et reconstituer la scène des violences à Paris, les policiers ont déployé d’importants moyens. Nous avons eu accès à l’enquête préliminaire


Un petit pavillon blanc aux fenêtres marron, égayé par un jardin entretenu. Lorsqu’ils fracturent la porte arrière de cette maison de plain-pied à Etréchy (Essonne), dimanche vers 14h30, les policiers de la sûreté territoriale de Paris pensent que Christophe Dettinger se trouve à l’intérieur. La Renault Scenic gris du gaillard d’1m92 est encore stationnée dans la rue.

Voilà plusieurs heures que l’employé municipal de 37 ans, surnommé le « Gitan de Massy » et double champion de France de boxe, a été identifié comme étant l’homme qui a frappé deux gendarmes la veille sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor lors du rassemblement des Gilets jaunes à Paris. Son nom circule sur Twitter et des agents municipaux ont contacté les enquêteurs après l’avoir reconnu sur les vidéos.

LA TRAQUE ÉCHOUE

Christophe Dettinger est en fait en cavale. Dans le pavillon vide et dans sa voiture, les policiers saisissent le bonnet et la paire de gants portés par le colosse lors de la manifestation. Ainsi qu’une carabine C. Meunier, arme non déclarée dont aurait hérité l’épouse du Gilet jaune. « Les Dettinger devaient manger à la maison samedi soir, mais ils sont passés nous dire qu’ils ne venaient pas finalement, car Christophe avait fait une grosse connerie », explique une voisine aux enquêteurs. Ces derniers apprennent que la femme du suspect a appelé l’école où sont scolarisées leurs deux filles pour prévenir que celles-ci ne viendront pas de la semaine « pour leur sécurité ».

Tentatives de géolocalisations, reconstitution des derniers déplacements, recherches sur les réseaux sociaux, réquisitions auprès de la mairie et même du ministère des Sports… En 48 heures, les policiers déploient de gros moyens pour retrouver Christophe Dettinger. En vain. Juste avant de fuir, l’homme a éteint ses (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Belgique : décès accidentel d’un Gilet jaune
Corse : une paillote de Calvi démontée après 20 ans d’existence controversée
Cordistes morts dans un silo à sucre : l’absence de prévention des risques pointée du doigt
Incendie d’un péage dans l’Hérault : 23 Gilets jaunes mis en examen
Quand un gendarme sauve un Gilet jaune victime d’un malaise cardiaque