Affaire Chebeya en RDC: les avocats portent plainte contre le général John Numbi

·3 min de lecture

Dans l'affaire du meurtre de l'activiste des droits de l'homme Floribert Chebeya, maître Peter Ngomo, du collectif des avocats des familles des victimes, a annoncé hier la décision de déposer une plainte complémentaire contre le général John Numbi, ancien inspecteur général de l'armée.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda

En République démocratique du Congo (RDC), un nouveau rebondissement vient d'avoir lieu dans l'affaire Floribert Chebeya, l'activiste des droits de l'Homme, retrouvé mort dans la voiture de la Voix des Sans Voix début juin 2010, tandis que le corps de son compagnon, Fidèle Bazana, n'a jamais été retrouvé.

Christian Ngoy Kenga Kenga, présumé assassin, a été arrêté le 3 septembre à Lubumbashi et transféré le même jour à Kinshasa, la capitale.

Ce 29 octobre, les parties civiles ont échangé avec des journalistes avec la participation, en visioconférence, des veuves des deux victimes, qui sont aujourd'hui exilées au Canada et en France. Paul Nsapu, de la Fédération internationale des droits humains (FIDH), a également pris part à cet échange.

Maître Richard Bondo, coordonnateur du collectif des avocats des parties civiles et Maître Peter Ngomo de ce collectif, ont exprimé leurs inquiétudes devant le silence de la justice militaire qui, selon eux, n'a pas réagi à leur requête pour la reprise du procès dès lors que le présumé assassin était entre les mains de la justice.

Recel de malfaiteurs

Les avocats ont peur de son élimination physique par empoisonnement ou d'une évasion. Maître Peter Ngomo, du collectif des avocats, a annoncé hier la décision de déposer une plainte complémentaire contre le général John Numbi, ancien inspecteur général de l'armée. « À l’issue de toutes les démarches que nous avons eu à faire, nous avons estimé qu’il y avait lieu également de déposer une plainte complémentaire contre le général John Numbi, parce que Christian [Ngoy Kenga Kenga] a été bel et bien condamné ici, mais John Numbi l’a gardé en secret à Lubumbashi, rappelle-t-il. Il n’était pas seul. Il était avec les autres policiers avec lesquels ils avaient fui de Kinshasa. C’est ainsi que nous nous sommes décidés à déposer une plainte complémentaire pour recel de malfaiteurs. Nous sommes en mesure de démontrer tout ce que nous allons mettre à sa charge ».

Paul Mwilambwe, le major fugitif qui se trouve aujourd'hui en Belgique, est volontaire pour un retour en RDC afin d'y être jugé. Il a été témoin de la mort des deux militants des droits de l'Homme et accepte de témoigner.

« Aujourd’hui, les signaux que nous apprenons de Paul Mwilambwe, c’est qu’il est disposé à rentrer, poursuit Peter Ngomo. Il faudrait qu’on étudie par rapport à sa sécurité et tout assurer pour qu’il rentre ici. Parce que nous estimons également, en tant qu’avocats des parties civiles, que c’est le seul qui peut mettre Christian [Ngoy Kenga Kenga] K-O. Parce qu’il a vécu avec lui. Il connaît tout ce que Christian [Ngoy Kenga Kenga]​​​​​​​ a commis comme crimes... ».

« Paul Mwilambwe a été un témoin-clé également pour nous, rappelle l'avocat. Christian lui a dit que l'ordre qu'il avait reçu venait de la hiérarchie et Paul Mwilambwe dit que la hiérarchie, c'est deux personnes : John Numbi et Joseph Kabila. C’est-à-dire que les deux sont bel et bien les donneurs d’ordre dans ce dossier-là ».

► À lire aussi : RDC: les raisons de l'arrestation de Christian Ngoy, mis en cause dans l'affaire Chebeya