Affaire Carlos Ghosn : une proche a reçu 500 000 euros de l'alliance Renault-Nissan

Proche de Carlos Ghosn et directrice déléguée à la présidence de Renault, Mouna Sepehri  a reçu près de 500.000 euros répartis sur plusieurs années en tant que membre du directoire de l'alliance Renault-Nissan. 

Mouna Sepehri, proche de Carlos Ghosn et directrice déléguée à la présidence de Renault, a reçu près de 500.000 euros répartis sur plusieurs années en tant que membre du directoire de l'alliance Renault-Nissan, selon des documents consultés par l'AFP.

Dans un communiqué réagissant à la parution d'informations de presse sur ces rémunérations, Renault avait dénoncé jeudi une "mise en cause d'un membre dirigeant du Groupe Renault qui s'insère dans une campagne de déstabilisation délibérément orchestrée".

Lire aussi : Carlos Ghosn entre quatre murs

Cette proche de Carlos Ghosn "est la seule des neuf administrateurs à avoir reçu une rémunération payée directement par la société Renault-Nissan BV (RNBV)", la holding néerlandaise chapeautant le partenariat entre les constructeurs automobiles français et japonais, a commenté vendredi une source proche du dossier.

Mais chez le constructeur français, on souligne qu' "il y a d'autres cadres de Renault et de Nissan qui, dans le cadre de missions spécifiques pour l'Alliance, touchent des indemnités de (sa) part".

Lire aussi : Carlos Ghosn aux arrêts, vrai délit ou coup monté ?

A Paris, une source évoque le scénario d'une machination orchestrée par un responsable de Nissan. "Pourquoi ce focus sur les seuls membres du directoire de l'Alliance et sur une période bien spécifique", s'interroge cette source. Mme Sepehri est "une des personnes à l'origine de l'Alliance, ce qui pourrait expliquer qu'elle soit dans la ligne de mire", ajoute-t-elle. Contactée par l'AFP, Mme Sepehri n'a pas souhaité s'exprimer.

Lors d'une réunion du comité de gouvernance, des nominations et des rémunérations de RNBV, en date du 26 mars 2013, Carlos Ghosn et son bras droit, Greg Kelly, les deux seuls membres(...)


Lire la suite sur Paris Match