Affaire Carlos Ghosn : Malgré le mandat d'arrêt, "il y a une interdiction d'extradition des nationaux"

La justice française a émis un mandat d'arrêt international à l'encontre de Carlos Ghosn, ancien patron de l'alliance Renault Nissan, et de quatre autres personnes dans le cadre de l'enquête menée par le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour, notamment, abus de biens sociaux, abus de confiance et blanchiment. FRANCE 24 reçoit Aurélien Raccah, avocat au barreau de Paris et enseignant-chercheur à la Faculté de droit de l’Université Catholique de Lille. Selon son analyse sur l'affaire Carlos Ghosn, bien que les informations du mandat d'arrêt international soient transmises à Interpol, "il n'y a aucune obligation pour les États de le suivre. Donc, c'est un outil juridique, certes, mais qui ensuite va devoir se transformer en outil politique".

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles