Affaire Cahuzac: Le Pen surfe dans les Ardennes sur le "tous pourris"

Mael Thierry
Marine Le Pen à Charleville-Mézières le 3 avril 2013

Il est un peu moins de 17 heures, au domaine de Vendresse dans les Ardennes, quand Marine Le Pen explique devant quelques journalistes pourquoi le FN peut tirer profit de l’affaire Cahuzac. "Nous n’avons pas d’amis chez les journalistes, chez les grands patrons, dans la grande finance ou les laboratoires pharmaceutiques, c’est une garantie que nous pourrons gouverner sans être l’otage de telle ou telle influence", dit-elle. Un discours mis à mal quelques minutes plus tard seulement : le site internet du Monde révèle alors que l’homme qui a ouvert le compte suisse de Jérôme Cahuzac il y a une vingtaine d’années est Philippe Péninque, un proche de la présidente du FN. Une information qui plombe sérieusement l’image du parti sans "amis" dans "le système". Le conseiller officieux de Marine Le Pen, ex-membre du GUD, syndicat étudiant d’extrême-droite, et l’ancien ministre du Budget faisaient du golf ensemble…

Une fois l’information sortie, l’ancienne candidate à l’Elysée s’étonne auprès de l’AFP. "C’est quoi la révélation du jour : que Marine Le Pen a le même dentiste qu’un ami de M. Cahuzac ? Péninque était avocat. Ouvrir un compte à l'étranger est complètement légal, c'est de ne pas déclarer les fonds qui est illégal.". Etait-elle au courant de ce compte, comme le dit Philippe Péninque, qui affirme au "Monde" l’avoir prévenue ? "Il m’a appelé hier pour me le dire", reconnaît-elle. Un autre détail qu’elle s’était bien gardée de préciser devant les journalistes quelques minutes avant. Elle expliquait alors que François Hollande et Jean-Marc Ayrault ne pouvaient pas ne (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Affaire Cahuzac: Le Pen surfe dans les Ardennes sur le "tous pourris"
Le compte UBS de Cahuzac a été ouvert par un proche de Le Pen
Affaire Cahuzac : "On ne peut pas se contenter d'une réponse morale"
Marine Le Pen veut la dissolution de l'Assemblée
Affaire Cahuzac : mis en cause par l'UMP, Moscovici réplique
Cahuzac : les larmes de colère du socialiste Gérard Filoche