Affaire Bygmalion : le procès du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 pourrait bien être reporté

Nicolas Sarkozy se présente devant le tribunal de Paris dans l'affaire Bygmalion dans mercredi 17 mars et risque au maximum un an de prison et 3 750 euros d’amende pour le financement illégal d’une campagne électorale. L’ancien président de la République joue surtout son image au moment où il veut peser sur la campagne présidentielle de 2022. Il reste assez populaire à droite malgré les affaires judiciaires qui le visent et sa condamnation le 1er mars pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire des "écoutes". Procès avant l'été ? C’est un procès en sursis qui va s’ouvrir mercredi 17 mars vers 13h30. Le tribunal de Paris commencera par examiner une demande de report des avocats d’un des principaux prévenus, Jérôme Lavrilleux. Ses conseils ont le Covid-19. L’ensemble de la défense va s’associer à cette requête. De nouvelles dates du procès sont envisagées avant l’été.