Affaire Bygmalion : entretien avec Jérôme Lavrilleux

Jérôme Lavrilleux était directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy et directeur de campagne du cabinet de Jean-François Copé. Au moment où éclate l'affaire Bygmalion, le financement occulte de la campagne de 2012, il faisait un coupable idéal. Jérôme Lavrilleux a refusé de jouer ce rôle et craque sur un plateau de télévision en déclarant : "je ne me suis pas engagé pour faire fortune". Désormais, il rénove des gîtes touristiques et loue des chambres d'hôtes dans le Périgord. Raconter "sa vérité" Aujourd'hui, Jérôme Lavrilleux se dit serein, il racontera au procès "sa vérité". "Je serai sans doute condamné, mais je vous rappelle qu'en 2014, quand tout ça a éclaté, on a vendu aux Français, aux journalistes, une histoire qui ne sera pas celle qui va être jugée. C'était de dire Jean-François Copé a détourné de l'argent, Jérôme Lavrilleux a fait un trésor de guerre, non". Il assume mais n'a rien oublié : "ce que j'ai pris dans la tronche, on ne me l'enlèvera pas, mais je ne vais pas faire en plus le cadeau à d'autres de mal le vivre".