Affaire Bygmalion : le directeur de la campagne 2012 de Nicolas Sarkozy parle pour la première fois dans "Complément d’enquête"

France 2
·1 min de lecture

C'est un témoignage qui pourrait mettre Nicolas Sarkozy en difficulté. Alors que le procès Bygmalion devrait s'ouvrir dans quelques jours, le directeur de sa campagne 2012 a accepté de témoigner pour la première fois dans "Complément d'enquête".

Guillaume Lambert était le supérieur de Jérôme Lavrilleux, celui qui a "craqué" à la télévision en 2014 et révélé les dessous du financement de la campagne électorale : un système de fausses factures servant à maquiller les dépenses allant au-delà du plafond autorisé par la loi française (22,5 millions d'euros pour le second tour en 2012). Selon les enquêteurs, celle de Nicolas Sarkozy aurait coûté près de 43 millions d’euros... presque le double.

Toujours selon les enquêteurs, au moins 18 millions d’euros auraient été dissimulés du compte de campagne officiel en étant secrètement pris en charge par l’UMP à l’aide de fausses factures émises par la société Bygmalion.

"Tout ce système que Jérôme Lavrilleux a révélé, il m'a été dissimulé"

Qui était le commanditaire de cette fraude ? C'est, entre autres, ce que le procès Bygmalion devra déterminer. L'ancien directeur de campagne affirme que lui-même ne savait rien de ce système de fausses factures.

C'est la première fois que Guillaume Lambert s'exprime publiquement. Ce haut fonctionnaire est un préfet hors cadre. Il semble très mal à l'aise, visiblement effrayé à l'idée d'être bientôt jugé pour escroquerie. A l'image de Franck Attal, l'organisateur chez Bygmalion des meetings de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi