Affaire Bettencourt : Sarkozy dans le bureau du juge ce jeudi

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy est attendu ce jeudi 22 novembre au matin à Bordeaux dans le bureau du juge Jean-Michel Gentil en charge de l'affaire Bettencourt, aux fins d'une mise en examen pour abus de faiblesse au détriment de l'héritière de l'Oréal Liliane Bettencourt.

Cette convocation de l'ancien chef d'Etat, clou de la carrière de l'intrépide juge Gentil, pourrait se terminer néanmoins par un simple placement sous le statut de témoin assisté, beaucoup moins lourd.

Le juge et ses collègues Cécile Ramonatxo et Valérie Noël veulent entendre Nicolas  Sarkozy, après avoir recueilli des éléments leur permettant de soupçonner un possible financement illicite de sa campagne de 2007, voire des remises de fonds ultérieures, grâce à de l'argent de Liliane Bettencourt.

Patrice de Maistre et Eric Woerth déjà mis en examen

Les juges veulent savoir si Nicolas Sarkozy a pu toucher de l'argent directement, la remise d'enveloppes de billets à des hommes politiques étant, à en croire certains membres du personnel, une habitude bien ancrée chez les Bettencourt du vivant de l'ancien ministre André Bettencourt, décédé en novembre 2007.

Ou bien si ses activités politiques ont pu être aidées aussi par une partie des quatre millions d'euros en liquide que l'ancien homme de confiance des Bettencourt Patrice de Maistre a fait revenir depuis un compte suisse des milliardaires de 2007 à 2009. Patrice de Maistre et Eric Woerth, l'ancien ministre et ex-trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, ont déjà été mis en examen dans cette affaire.

Deuxième président français confronté à la justice

Les juges voudront aussi demander à (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Affaire Bettencourt : Sarkozy dans le bureau du juge ce jeudi
Affaire Bettencourt : pourquoi le juge Gentil convoque Sarkozy
Affaire Bettencourt : Banier et des témoins confrontés
Bettencourt : de Maistre dit ne pas avoir remis d'argent à Sarkozy
Bettencourt : Banier, Woerth et Maistre contre-attaquent
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.