Affaire Assange: au Royaume-Uni, un nouveau sursis pour le fondateur de WikiLeaks

La justice britannique a accordé ce lundi 20 mai au fondateur de Wikileaks Julian Assange un nouvel appel contre son extradition vers les États-Unis, qui veulent le juger pour une fuite massive de documents.

C'est un nouveau sursis pour le fondateur de WikiLeaks. La Haute Cour de justice examinait ce lundi lors d'une audience cruciale les garanties des États-Unis sur le traitement accordé à Julian Assange en cas d'extradition. Les débats ont principalement porté sur la possibilité pour l'Australien de 52 ans de bénéficier de la protection du premier amendement de la Constitution américaine, qui protège la liberté d'expression.

À lire aussiWikiLeaks: Julian Assange suspendu à une nouvelle décision de justice sur son extradition

Deux juges de la Haute Cour de justice de Londres ont finalement décidé que les garanties fournies par les États-Unis n'étaient pas suffisantes. Ils veulent s'assurer que Julian Assange ne risque pas la peine de mort une fois sur le sol américain et que sa liberté d'expression sera respectée.

Aujourd'hui, sur ces deux points, le compte n'y est pas pour les juges.

Julian Assange va donc pouvoir défendre une nouvelle fois son cas. Si la justice britannique l'envoie finalement aux États-Unis, il lui restera un dernier recours : saisir la Cour européenne des droits de l'Homme pour faire suspendre son extradition.


Lire la suite sur RFI