Affaire Alexander Vinnik : les zones d’ombre du procès de "M. Bitcoin"

·1 min de lecture

Le procès en appel d’Alexander Vinnik, soupçonné d’être derrière le rançongiciel Locky, débute ce 18 mai à Paris. Mais cette affaire aux airs de polar technologique compte toujours de nombreuses zones d’ombre.

Nous sommes le 22 octobre 2020, au procès d'Alexander Vinik, jugé pour escroquerie au bitcoin. En France, près de 200 victimes ont été les cibles du logiciel, " Locky ", bloquant leurs données informatiques. Pour les récupérer, elles devaient verser une rançon, en bitcoins. Après quatre jours d'audiences tendus, les parties civiles ont enfin la parole. L’un des avocats, conseil d’un orthodontiste qui compte parmi les victimes, débute son intervention en confiant son désarroi. " Le premier étonnement de mon client, c’est qu’on ait trouvé quelqu’un ", s’étonne le juriste. Qui ajoute aussitôt à propos du prévenu : " On le voit bien seul ici. "Condamné en première instance à cinq ans d’emprisonnement et 100 000,00 euros d’amende, Alexander Vinnik verra son procès en appel débuter ce 18 mai à Paris. Bien que poursuivi pour association de malfaiteurs, " M. Bitcoin " sera une nouvelle fois tout seul sur les bancs des prévenus. Est-ce la démonstration, comme le soutient la défense, qu’on taille un costume trop grand à ce Russe de 42 ans ? Ses avocats, Maîtres Belot et Konstantopoúlou, ont ainsi réussi en première instance à faire tomber tous les chefs de prévention sauf un, celui de blanchiment.Rançongiciel : une première en FranceOu est-ce tout simplement la...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Dix ans après l'affaire DSK, les théoriciens du complot font profil bas

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion pour le meurtre d'Arthur Noyer

Conflit israelo-palestinien : au moins 20 morts, dont neuf enfants

Amazon : 44 milliards de chiffre d’affaires... et pas un euro d’impôt sur les sociétés

Affaire Sarah Halimi : "une maladie mentale se comprend, un crime se juge"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles