Affaire Air Guinée: la Crief accusée de règlement de comptes

La Cour spéciale de répression des infractions économiques et financières (Crief), mise en place par la junte au pouvoir à Conakry pour lutter contre la corruption et l’enrichissement illicite, traque plusieurs cadres des régimes guinéens des 20 dernières années. Sauf que cette traque est qualifiée par de nombreux observateurs de règlements de comptes ou de tentative d’élimination de potentiels candidats à la magistrature suprême du pays.

Avec notre correspondant à Conakry, Mouctar Bah

Après les nombreuses arrestations et incarcérations de dizaines de haut-responsables du RPG, le parti de l’ex-président Alpha Condé, la Cour spéciale de répression des infractions économiques et financières (Crief) s’intéresse désormais à la privatisation de l’ancienne compagnie nationale Air Guinée, qui date d’il y a 20 ans. Dans cette privatisation, elle accuse des personnalités publiques et privées, dont Cellou Dalein Diallo l’alors ministre des Transports, de malversations :

« Ces personnes sont poursuivies pour les faits de détournement de deniers publics, explique Aly Touré, procureur spécial de la Crief. Il y a un Boeing et des installations qui ont été vendus par un groupe de personnes dans une vanne au cours de laquelle, dans notre sens, aucune règle basique de passation de marchés publics n’a été respectée. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles