Affaire Adama Traoré : quand la presse tranche à la place des experts

·1 min de lecture

Près de cinq ans après la mort d’Adama Traoré à la suite de son interpellation par des gendarmes, la bataille judiciaire continue à coups d’expertises et contre-expertises médicales. Mais se joue aussi largement sur le terrain médiatique.

Qui croire dans l'affaire Adama Traoré ? Depuis quatre ans et demi, les différentes expertises médicales demandées par la famille du jeune homme décédé en juillet 2016 ou par l’autorité judiciaire présentent des conclusions variées, parfois opposées, quant aux causes de la mort. Et plusieurs médias eux-mêmes semblent avoir des difficultés à prendre de la hauteur.Ainsi, la dernière expertise de médecins belges consultée lundi par l’AFP et commandée par les juges d’instruction français avance, avec précaution, les possibles origines du décès. Qu’importe, certains titres, immunisés contre le doute, partagent leurs convictions. RFI ne cache pas ses certitudes, titrant : " Mort d'Adama Traoré : une nouvelle expertise met en cause les gendarmes ". En réalité, les experts belges sont moins catégoriques. Ils expliquent la mort du jeune homme de 24 ans par un " coup de chaleur à l’exercice " après la course-poursuite avec les gendarmes (37 degrés ce fameux 19 juillet 2016 à 16 h 15), " aggravé " par les manœuvres lors de l’interpellation et, dans une " plus faible mesure ", par ses antécédents médicaux. Les professeurs de médecine précisent qu’une période d’asphyxie " par contrainte physique " lors de l’intervention " ne peut être...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

De l'affaire Duhamel à la démission du directeur de Sciences Po : portrait de l’oligarchie

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Affaire Duhamel : le directeur de Sciences Po Frédéric Mion démissionne

Israël : empêtré dans les affaires, Netanyahou cherche des alliés

Affaire Duhamel : les aveux de Marc Guillaume