Affaire Adama Traoré : une nouvelle expertise met en avant un "coup de chaleur" aggravé "par les manœuvres d’immobilisation des gendarmes"

Adama Traoré est décédé en juillet 2016, dans une caserne de gendarmerie, deux heures après son interpellation à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise). Une nouvelle expertise judiciaire, dirigée par quatre médecins belges, a révélé de nouvelles conclusions. Selon ce rapport, la mort d’Adama Traoré a été causée "par un coup de chaleur" aggravé "par les manœuvres d’immobilisation des gendarmes". Ce rapport vient contredire le précédent des experts de la justice qui mettait hors de cause les forces de l’ordre. Vers un procès ? Yassine Bourzou, l’avocat de la famille d’Adama Traoré, a demandé un procès. "La nouvelle expertise est très importante pour nous, car pour la première fois, des experts désignés par des juges d’instruction mettent en avant l’interpellation, a-t-il réagi. Et ils indiquent très clairement que si Adama Traoré n’avait pas été interpellé de cette manière par les gendarmes, avec ce qu’ils appellent une asphyxie par contrainte, il serait vivant aujourd’hui." De son côté, l’avocat des forces de l’ordre estime que "les gestes opérés" par les trois gendarmes "étaient réglementaires compte tenu de la rébellion d’Adama Traoré."