Affaire des 49 militaires ivoiriens: statu quo à Lomé entre Abidjan et Bamako

Retour sur la médiation togolaise dans le cadre de l’affaire de 49 militaires ivoiriens interpellés le 10 juillet à leur arrivée à l’aéroport de Bamako. Le président Faure Gnassingbé a reçu jeudi à Lomé des délégations malienne et ivoirienne. D’après les informations de RFI, le séjour des deux délégations dans la capitale togolaise n’a donné aucun résultat positif.

Téné Birahima Ouattara, ministre d’État, chargé de la Défense et Fidèle Sarassoro, directeur de cabinet du président Alassane Ouattara, faisaient partie de la délégation ivoirienne.

Côté malien, la présence de Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères a été fortement remarquée.

Pour prendre un premier pouls, le président Faure Gnassingbé, médiateur, a reçu séparément les envoyés des deux pays.

Pour libérer les 49 militaires ivoiriens interpellés à leur arrivée à l’aéroport de Bamako, le gouvernement malien demande au moins deux choses : que la Côte d’Ivoire exprime officiellement « des regrets », mais aussi que lui soit rendu « des ressortissants maliens », vivant en Côte d'Ivoire, ou simplement de passage, recherchés par la justice malienne.

À lire aussi : Des voix s’élèvent en Côte d’Ivoire dans l’affaire des 49 soldats ivoiriens arrêtés au Mali


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles