Affaire des écoutes : une plainte pour parjure contre une haute magistrate

Source AFP
·1 min de lecture
Catherine Champrenault, procureure générale de Paris, a assuré ne pas avoir été informée d'une enquête sur Nicolas Sarkozy, ce que démentent plusieurs députés.
Catherine Champrenault, procureure générale de Paris, a assuré ne pas avoir été informée d'une enquête sur Nicolas Sarkozy, ce que démentent plusieurs députés.

L'Assemblée nationale va saisir la justice pour possible « parjure » de Catherine Champrenault, procureure générale de Paris. Le bureau de l'Assemblée, sa plus haute instance collégiale, a décidé cette saisine à l'unanimité, mercredi 14 avril. La haute magistrate avait assuré sous serment, devant une commission en juillet 2020, ne pas avoir été informée d'une enquête en lien avec Nicolas Sarkozy. Cette enquête du Parquet national financier (PNF) avait conduit à éplucher les factures téléphoniques détaillées (aussi appelées « fadettes ») de nombreux ténors du barreau et de leurs collaborateurs.

En juin, la révélation de cette enquête, menée pendant près de six ans, avait provoqué un tollé, jusqu'au garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, dont des fadettes avaient elles aussi été examinées quand il était avocat. « Cette enquête n'a jamais fait l'objet d'un suivi par le parquet général, qui n'en était pas informé, en dehors d'une demande de jonction qui a été communiquée. Nous n'avons jamais eu d'informations sur le contenu de cette enquête ou sur les modalités d'investigation », avait alors déclaré Catherine Champrenault.

À LIRE AUSSIL'ex-cheffe du Parquet national financier porte plainte pour dénonciation calomnieuse

« Mme Champrenault était donc bien informée de cette enquête »

Or, un magistrat du PNF, Patrice Amar, avait écrit à la principale intéressée début 2019, accusant sa patronne d'alors, Éliane Houlette, d'avoir indirectement permis à Nicolas Sarkozy et [...] Lire la suite