Affaire des "écoutes" de Nicolas Sarkozy : cinq questions sur les "fadettes", qui mettent à nouveau le parquet national financier dans l'embarras

franceinfo avec AFP

Après l'affaire Fillon, l'affaire Kohler, le parquet national financier (PNF) est à nouveau mis en cause, cette fois dans l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy. Le PNF a enquêté, en vain, entre 2014 et 2019, notamment via des investigations en catimini sur des ténors du barreau de Paris, pour identifier la "taupe" éventuelle qui aurait informé Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog qu'ils étaient sur écoute, a révélé Le Point (article payant) mercredi 24 juin. Le PNF a notamment épluché les fadettes (factures téléphoniques détaillées) des avocats Eric Dupond-Moretti, Jean Veil, Jacqueline Laffont, Pierre Haïk, Hervé Témime ou Marie-Alix Canu-Bernard. Franceinfo vous retrace les dessous de ces révélations et les réactions qu'elles ont engendrées.

C'est quoi "l'affaire des écoutes" ?

On l'appelle aussi l'affaire "Paul Bismuth", du nom utilisé pour ouvrir la ligne de téléphone grâce à laquelle Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog au début de l'année 2014 ont pu converser secrètement. "J'ai craint, avec raison, des écoutes sauvages ou des écoutes illégales, et j'ai fait en sorte de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi