Affaire des "écoutes" : à peine ouvert, le procès de Nicolas Sarkozy est suspendu dans l'attente de l'expertise médicale de l'un de ses coprévenus

Violaine Jaussent
·1 min de lecture

Une audience rapidement mise sur pause. Le procès de l'ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, de son avocat Thierry Herzog et de l'ancien haut magistrat Gilbert Azibert a été suspendu, lundi 23 novembre, alors que les débats se sont ouverts devant une cohue de journalistes et avec des mesures de sécurité drastiques et un protocole sanitaire strict. Soupçonnés d'avoir tenté d'obtenir des informations secrètes en marge de l'affaire Bettencourt, les trois prévenus sont principalement renvoyés pour "corruption" et "trafic d'influence", dans l'affaire dite des "écoutes". Le tribunal correctionnel de Paris a ordonné une expertise médicale "pour être pleinement informé sur l'état de santé de Gilbert Azibert". Ses conclusions seront rendues jeudi, avant 9 heures. D'ici là, l'audience est suspendue.

Au tribunal de statuer, ensuite, sur un éventuel renvoi du procès. C'est ce que Dominique Allegrini, le conseil de Gilbert Azibert, âgé de 73 ans, a plaidé, lundi, devant le tribunal. "Compte tenu de son âge et de son dossier médical, il lui est très fortement déconseillé de se déplacer", clame l'avocat, debout. Après avoir ajusté masque et micro, il précise que son client a des problèmes "de tension", ainsi que des soucis "respiratoires et cardiaques". En pleine épidémie de Covid-19, il est donc (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi