Pour Adrien Quatennens, «la République n’est pas en danger, seul le Macronisme l’est»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Blondet Eliot / ABACA Press
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Invité sur CNews, mercredi 13 juillet, le député LFI du Nord a fait part de ses analyses sur le vote du pass sanitaire pour les mineurs et aux frontières – rejeté -, mais aussi sur la recomposition politique, le Macronisme, et la polémique Uber.

Adrien Quatennens est revenu sur CNews, tout sourire, sur le vote à l’Assemblée Nationale contre le pass sanitaire pour les mineurs et aux frontières : « Quand la démocratie fonctionne, quand le Parlement n’est plus la chambre d’enregistrement qu’il a été dans le quinquennat précédent, alors l’heure est grave ? Non. Si on prévoit de légiférer face à une montée de l’épidémie, alors il est urgent, nécessaire, indispensable de renforcer notre hôpital public en réintégrant les douze mille soignants écartés parce que non vaccinés. »

Il a ensuite loué son parti et la coalition d’extrême-gauche : « Ce texte prévoyait que le Parlement délègue ses pouvoirs au gouvernement […] Dans l’examen de ce texte, il y a eu deux choses que la Nupes a permis : ne pas recourir au pass pour les mineurs, puis celui aux frontières. Cela veut dire que si on n’a pas besoin du pass sanitaire, un test pourra être suffisant. » Le député a également fustigé le gouvernement, coupable, selon lui, d’accointances avec le RN : « Quand la Macronie décide de s’accorder avec le RN, par exemple pour voter des vice-présidents, il y a un véritable accord. Nous, il y a eu des amendements communs, et pour les mineurs c’était un amendement de Madame Garrido. Madame Le Pen était absente hier pendant tout le débat, pas plus qu’elle n’était là pour voter la motion de censure. Elle fait des effets de tribune, mais dans les moments importants, elle est sans doute à la piscine. »

Sur la question de l’inflation, Adrien Quatennens est resté fidèle au verbatim Insoumis : « On nous parle d’une hausse des prix de 7%, mais qu’est-ce que cela veut dire ? D’où vient l’inflation et la hausse des prix ? Ce sont des effets de marché et de spéculation. Le gouvernement, que(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles