Adrien Quatennens « doit se mettre en retrait longtemps », pour Danielle Simonnet

Invitée de France Info ce 28 décembre, la députée LFI Danielle Simonnet appelle Adrien Quatennens à « se mettre en retrait longtemps »
JULIEN DE ROSA / AFP Invitée de France Info ce 28 décembre, la députée LFI Danielle Simonnet appelle Adrien Quatennens à « se mettre en retrait longtemps »

POLITIQUE - Le retour d’Adrien Quatennens dans le groupe parlementaire insoumis à nouveau en débat ? Invitée sur Franceinfo ce mercredi 28 décembre, la députée LFI Danielle Simonnet considère qu’Adrien Quatennens doit « se mettre en retrait longtemps, tant qu’il n’a pas déconstruit ce qu’il a fait. »

Condamné à quatre mois de prison avec sursis pour des violences sur son épouse, Adrien Quatennens a été radié pour une durée de quatre mois du groupe parlementaire insoumis. Danielle Simonnet a remis en cause cette décision du groupe ce mercredi, car elle considère que « la situation n’est pas la même après le choix de défense qu’il a pu avoir. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La communication du député du Nord avait suscité le malaise chez ses collègues. Dès le lendemain de sa condamnation, il s’était défendu dans une interview d’une heure sur BFMTV. Il avait par ailleurs annoncé qu’il reviendrait à l’Assemblée nationale parmi les non-inscrits dès la reprise des travaux parlementaires, et ce malgré son éviction du groupe insoumis.

« Sa défense montre qu’il n’est pas du tout dans la déconstruction patriarcale de ce qu’il a commis, mais au contraire dans la justification masculiniste, a jugé la députée de Paris. Il aurait mieux fait de se taire. »

La question de son retour « doit être reposée »

Le maintien d’Adrien Quatennens a notamment ulcéré des jeunes militants. Des branches jeunesses du parti se sont mises en grève après l’annonce de son maintien et plus d’un millier de militants ont signé une tribune publiée dans Le Monde ce lundi appelant à exclure le député.

Après cette tribune, les cadres de La France insoumise sont restés silencieux. « Je les remercie pour cette initiative, » a réagi Danielle Simonnet. « Il y a nécessité que le débat recommence dans l’enceinte du groupe parlementaire pour les responsabilités qui sont les siennes, » a-t-elle insisté.

L’élue a réaffirmé sa position dans un tweet publié à la suite de son interview : « Son retour dans le groupe parlementaire après les 4 mois de suspension doit être de nouveau posé au vu de son choix médiatique de défense. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Plus largement, Danielle Simonnet a plaidé pour la constitution « des Assemblées des femmes pour être bien plus en pointe sur ces sujets ». « C’est déjà aux partis de gauche d’avoir une réflexion pour ne pas se planquer derrière des partis engoncés dans un masculinisme assumé, » a-t-elle affirmé.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi