Adrien Merigeau, l'autre Français nommé aux Oscars 2021 avec son film "Genius Loci"

Jérôme Lachasse
·2 min de lecture
Une image de
Une image de

Après Florian Zeller, Adrien Merigeau est l'autre Français nommé cette année aux Oscars. Si le dramaturge se taille la part du lion, avec six nominations (dont meilleur film) pour The Father, son homologue brille dans la catégorie des courts-métrages d'animation.

Adrien Merigeau y est cité pour Genius Loci, un film d'un quart d'heure qui suit une nuit les déambulations de Reine, jeune personne solitaire en quête d’elle-même. En attendant la cérémonie des Oscars le 26 avril prochain, le court métrage est visible jusqu'au 20 avril sur le site du Festival national du film d'animation.

Les Oscars depuis Paris

Très ému par sa nomination, et la "crédibilité" qu'elle apporte à "son petit film expérimental", le réalisateur trouve la situation "un peu suréelle": "Je pensais que le public du film serait assez restreint. Je ne pensais pas que des gens auraient la patience de regarder un film d'animation expérimental", confie-t-il à BFMTV.

https://www.youtube.com/embed/MlEh9zsbaj0?rel=0"Le fait qu'on soit nommé dans le contexte du Covid ajoute à la confusion. C'était tellement improbable qu'on a tous hurlé de joie quand on a appris la nouvelle", ajoute-t-il encore, avant de préciser: "C'est très frustrant de ne pas pouvoir y aller. On va suivre la cérémonie depuis Paris."

Un film très ludique

Avec ce court-métrage, le réalisateur a voulu "parler de la relation entre une personne et son esprit", et questionner le rapport de notre société "aux choses qui n'ont plus d'utilité, qu'elles soient abandonnées ou détruites".

Il a notamment fait appel au dessinateur Brecht Evens pour l'ambiance visuelle. Le célèbre artiste néerlandais "a apporté, en plus de sa patte graphique magnifique, un aspect très ludique au film, avec beaucoup d'astuces visuelles."

Adrien Merigeau s'est également inspiré de deux de ses amis, un "à la présence assez évasive et mystérieuse", et une autre, une musicienne qui "avait l'impression d'être guidé par un esprit quand elle jouait en public, comme si elle était dans un état méditatif", explique le réalisateur, qui a travaillé quatre ans sur ce projet.

Porté par sa nomination aux Oscars, Adrien Merigeau planche déjà sur la suite. Il réalise un nouveau court-métrage expérimental, pour une chaîne américaine cette fois: "C'est un langage narratif qui me plaît énormément. Il y a encore beaucoup de possibilités qui n'ont pas été explorées", conclut-il en précisant qu'il n'est "pas si pressé que ça" de se lancer dans l'aventure du long-métrage d'animation, souvent synonyme de chemin de croix en France.

Article original publié sur BFMTV.com