Adopte un veuf (France 3) - François Desagnat : "Au départ je ne voulais pas d’Arnaud Ducret"

·1 min de lecture

Vous qui êtes un homme d’images, si je vous dis de fermer les yeux, quelle est la première qui vous vient en tête pour ce film ?

François Desagnat : Celle du salon du très grand appartement d’Hubert Jacquin (André Dussollier, ndlr), ce veuf qui, à la suite d’un quiproquo, va accueillir trois inconnus chez lui. La majeure partie du film s’y déroule, il fallait trouver un endroit spacieux qui raconte quelque chose, qu’on y sente la présence de la femme disparue d’Hubert. On l’a déniché dans un immeuble vide du 9e arrondissement de Paris. On a ensuite créé ce décor de A à Z.

Le film est sorti en salles en 2016 et a fait plus d’un million d’entrées. Le temps a passé, mais si je vous demande de me le raconter en deux mots, ça donne quoi ?

Hubert n’a pas d’enfants. Il a perdu sa femme et, depuis, se laisse vivre. Sa boulangère (Blanche Gardin) lui suggère de prendre une femme de ménage pour dépoussiérer son appartement. Il se trompe d’annonce et se retrouve alors avec une jeune femme, Manuela (Bérengère Krief), qui cherche désespérément à se loger dans Paris. Bien sûr, il commence par refuser. Manuela va bouleverser sa vie, et l’y ramener aussi…

En plateau, vous aviez deux humoristes, Bérengère Krief et Arnaud Ducret. C’était compliqué de les "tenir" ?

Pas spécialement, même si Arnaud a tendance à mettre de l’ambiance. Il y avait une sorte d’émulation entre Bérengère, Arnaud et Julia Piaton, qui jouen... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi