Adopté par les ouvriers, les femmes et les stars, le débardeur se fabrique à Marseille et s'expose au Mucem

·2 min de lecture

Vêtement ouvrier devenu symbole des femmes libres dans les "années folles", puis adopté par des stars comme Freddy Mercury, le débardeur est au centre de l'exposition "Vêtements modèles" au Mucem de Marseille, qui se tient jusqu'au 6 décembre. Ancestral, le débardeur connaît une nouvelle vie depuis 1980 et se fabrique encore sur des machines historiques, à Marseille.

Des dockers à la culture populaire

A l'origine, le débardeur, ce "vêtement du dessous", était un tricot de peau formé d'une seule pièce de coton tubulaire, absorbant bien la sueur grâce à sa maille tricotée, rappelle à l'AFP Colline Zellal, commissaire associée de l'exposition "Vêtements modèles" au Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem) autour de cinq vêtements "iconiques" ayant traversé les époques et les modes.

Le bleu de travail, le kilt, l'espadrille, le jogging - lui aussi, à l'origine sous-vêtement, avant de conquérir les sportifs des universités anglaises de Cambridge et Oxford, puis de devenir l'uniforme de la culture hip hop -, y côtoient le débardeur soit avec des pièces originales de créateurs, soit à travers leurs représentations dans la culture populaire (musique, BD, cinéma, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi