Adolescente tuée en Saône-et-Loire : le suspect n'a pas subi «d'abolition du discernement»

© JEFF PACHOUD / AFP

L'adolescent de 14 ans qui a avoué le meurtre de sa petite amie du même âge , retrouvée morte poignardée jeudi près de Mâcon, n'a pas subi d'"abolition du discernement" et sera donc soumis à une sanction pénale, a annoncé vendredi le parquet. Au cours de sa garde à vue, qui a été prolongée vendredi matin, le jeune homme a été examiné par un expert psychiatre "concluant à une altération importante du discernement, sans abolition, le rendant accessible à ce stade à une sanction pénale", a expliqué le procureur de la république de Mâcon Eric Jallet dans un communiqué.

 

LIRE AUSSI - Adolescente tuée en Saône-et-Loire : son petit ami a avoué l'avoir poignardée

Le village viticole de Clessé (Saône-et-Loire) demeurait sous le choc vendredi au lendemain de la découverte macabre du corps de l'adolescente présentant de nombreuses plaies et un couteau encore planté dans le cou. Des bouquets de fleurs étaient visibles le long du petit chemin situé derrière l'école, où l'adolescente a perdu la vie. En fin de matinée, les visages étaient fermés à la sortie de l'ancienne école de la victime. Par respect pour sa famille, que la plupart des habitants connaissent bien, très peu se sont exprimés. "On est en deuil", résumait notamment un habitant de Clessé.

L'autopsie encore "en cours"

Jeudi, Eric Jallet avait expliqué que le petit ami de la victime, scolarisé comme elle au collège de Lugny, ville proche de Clessé, avait avoué le meurtre de l'adolescente, perpétré au cours d'un rendez-vou...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles