Adolescente tuée en Saône-et-Loire : son petit ami de 14 ans mis en examen et écroué

L'adolescent avait reconnu lors de sa garde à vue lui avoir porté les coups fatals. Jeudi au petit matin à Clessé, le corps de l'adolescente, présentant de nombreuses plaies et un couteau encore planté dans le cou, avait été découvert sur la voie publique près de la mairie et de son ancienne école primaire de ce village viticole.

Le garçon de 14 ans, soupconné d'avoir mortellement poignardé sa petite-amie du même âge, dans la nuit de mercredi à jeudi, à Clessé (Saône-et-Loire), a été mis en examen et écroué ce vendredi, a indiqué le parquet.

"Une information judiciaire pour homicide volontaire avec préméditaion ou guet-apens (assassinat) a été ouverte ce jour et confiée à un juge d'instruction du pôle criminel du tribunal judiciaire de Chalon-sur-Saône", précise le procureur de la République de Chalon-sur-Saône, Patrice Guigon, en ajoutant que l'adolescent a été mis en examen et placé sous mandat de dépôt.

Selon les informations de BFMTV, le suspect a été conduit au quartier des mineurs de la maison d'arrêt de Dijon. Après avoir rencontré la directrice, il va être examiné par un médecin.

"Altération importante du discernement"

Le jeune garçon a été incarcéré dans un établissement disposant d'un quartier pour mineurs et d'une unité sanitaire psychiatrique, selon le magistrat. Un peu plus tôt, le procureur de la République de Mâcon, Éric Jallet, initialement saisi du dossier et qui avait indiqué la veille que la victime était âgée de 14 ans, avait annoncé que l'expertise psychiatrique du suspect avait conclu "à une altération importante du discernement, sans abolition, le rendant accessible à ce stade à une sanction pénale".

Jeudi au petit matin à Clessé, le corps de l'adolescente, présentant de nombreuses plaies et un couteau encore planté dans le cou, a été découvert sur la voie publique près de la mairie et de son ancienne école primaire de ce village viticole.

Les soupçons des enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie de Dijon se sont rapidement orientés vers son petit ami, qui a été interpellé dans la matinée au collège de Lugny, où la victime était également scolarisée.

Jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle encourus

Placé en garde à vue pour assassinat, le collégien a rapidement confirmé avoir commis les faits, avait indiqué jeudi lors d'une conférence de presse le procureur Éric Jallet.

Celui-ci s'est dessaisi vendredi de l'enquête au profit du pôle criminel du tribunal de Chalon-sur-Saône.

Contrairement à sa garde à vue, lors de son défèrement devant le juge d'instruction le jeune garçon "a souhaité garder le silence", a indiqué Patrice Guigon. "Mon client a reconnu les faits, il maintient la reconnaissance des faits. L'instruction va, je l'espère, nous donner au moins une explication sur le passage à l'acte", a réagi sur BFMTV son avocate, Amélie Jemma.

Dépourvu d'antécédents judiciaires, le suspect risque en tant que mineur une condamnation maximale de 20 ans de réclusion criminelle pour assassinat.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Déclic - Marie (Collage Feminicides Paris) : "Des femmes victimes de violence nous disent : "À force de lire les messages sur les murs, je suis allée porter plainte""

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles