Adolescente tuée à Ivry-sur-Seine: ce que le suspect de 14 ans a dit aux enquêteurs

·3 min de lecture

Info BFMTV - Entendu par les policiers, l'auteur du coup de couteau ayant entraîné la mort de Marjorie a affirmé qu'il n'avait pas l'intention de la tuer.

"Je ne voulais pas qu'elle meure". L'adolescent de 14 ans accusé d'avoir tué Marjorie, une jeune fille de 17 ans, vendredi dernier à Ivry-sur-Seine, a depuis été entendu par les enquêteurs.

Selon nos informations, le jeune garçon affirme n'avoir pas eu l'intention de tuer Marjorie, malgré de nombreux témoignages contredisant cette version.

"J'ai voulu me débattre", a-t-il confié face aux policiers, "je ne sais pas ce qu'il s'est passé, je ne voulais pas qu'elle meure", a-t-il ajouté.

Il affirme avoir été frappé par la victime et son ami

L'adolescent explique avoir eu une première altercation vendredi après-midi avec Marjorie et son frère jumeau, durant laquelle ils en sont venus aux mains. Il raconte être ensuite remonté chez lui, après leur avoir dit qu'il allait "revenir".

Censé sortir de chez lui pour aller à un entraînement de football, il explique avoir pris avec lui un couteau de cuisine, craignant qu'ils ne lui "retombent dessus", selon ses mots.

Il dit être alors tombé nez à nez avec Marjorie en sortant de chez lui. Il affirme que celle-ci l'aurait frappé et qu'un ami à elle tentait, selon sa version des faits, de le maintenir par-derrière. Le suspect raconte alors avoir répondu par un coup de couteau, avant de menacer verbalement l'ami de Marjorie puis de prendre la fuite.

"Tu veux que je te plante, toi aussi?"

La version de l'ami de Marjorie contredit celle du suspect. Selon son récit rapporté aux enquêteurs, il déclare avoir vu le suspect redescendre de chez lui quelques minutes seulement après la première altercation.

Alors qu'il se trouvait à une cinquantaine de mètres de Marjorie, il dit avoir vu le suspect courir vers elle et sortir les poings, comme un boxeur. Marjorie lui porte alors un coup pour se défendre, et en réponse, le garçon sort un couteau de cuisine et la poignarde au niveau de la poitrine. La jeune fille s'écroule. 

Cet ami s'approche d'elle en courant et explique que le suspect le menace alors verbalement en lui disant "tu veux que je te plante, toi aussi?", avant de prendre la fuite. L'ami tente de ranimer Marjorie, en vain, et prévient les secours. Le suspect, lui, est interpellé au domicile de sa mère à Massy, dans l'Essonne, peu avant 21h.

Une précédente confrontation entre la victime, sa sœur et le meurtrier

Selon nos informations, les enquêteurs ont découvert que le jeudi 13 mai, soit la veille du meurtre, la petite sœur de Marjorie, âgée de 13 ans, avait reçu des menaces par écrit, via Snapchat, envoyées par des "copines" à elle.

Le lendemain, Marjorie découvre ces messages, et décide d'aller confronter ces filles avec sa petite sœur. Elle apprend alors qu'un jeune adolescent, qui va s'avérer être son futur meurtrier, serait à l'origine de ces tensions: il aurait raconté à ces filles que la petite sœur de Marjorie parlait mal d'elles... Marjorie et sa sœur vont donc le voir. Il ne prend pas au sérieux leurs reproches, et préfère en rire. Plus tard dans la journée, Marjorie retourne voir cet adolescent, accompagnée cette fois-ci de son frère jumeau et d'un ami à elle. Très vite, le ton monte, ils en viennent aux mains, et c'est l'ami de Marjorie aui les sépare. L'adolescent part alors en disant "attendez-moi, j'arrive, on va voir". La suite est racontée de façon contradictoire, notamment par l'ami de Marjorie, et par le suspect.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles