Adolescente tondue à Besançon : sa famille écope d'un an de prison

Source AFP
·2 min de lecture
Le tribunal correctionnel de Besançon a condamné la famille de la jeune fille musulmane bosniaque tondue à un an d'emprisonnement dont quatre mois avec sursis. (Photo d'illustration)
Le tribunal correctionnel de Besançon a condamné la famille de la jeune fille musulmane bosniaque tondue à un an d'emprisonnement dont quatre mois avec sursis. (Photo d'illustration)

Les parents, l'oncle et la tante de la jeune fille musulmane bosniaque tondue et battue parce qu'elle fréquentait un jeune Serbe chrétien ont été condamnés.

L'affaire avait particulièrement retenti en France. Dans la soirée du vendredi 23 octobre, le tribunal correctionnel de Besançon a condamné les parents, l'oncle et la tante de la jeune fille musulmane bosniaque tondue parce qu'elle fréquentait un jeune Serbe chrétien à un an d'emprisonnement, dont quatre mois avec sursis. Le tribunal a également prononcé une interdiction de territoire français de cinq ans à l'encontre des parents de la jeune fille, âgée de 17 ans.

Cette affaire avait soulevé une vive émotion en France et même à l'étranger, rappelant le sort de milliers de femmes tondues à la Libération pour avoir entretenu une liaison avec un soldat allemand sous l'Occupation. À l'audience, la jeune fille et la famille de son petit ami, présente au moment des faits, le 17 août, ont affirmé qu'elle avait été emmenée dans sa chambre, molestée par les quatre adultes et tondue par son oncle. Les parents, l'oncle et la tante ont reconnu pour leur part une ou deux claques, tout au plus, et soutenu que c'était son père qui l'avait rasée pour « la punir, pour qu'elle ne sorte plus » après une fugue de quatre jours avec le jeune homme, de trois ans son aîné.

« C'est comme une amende »

« Mes parents m'ont mis des coups de poing et de pied », avait déclaré la victime lors de son audition par les enquêteurs, expliquant qu'ils s'opposaient à leur mariage et à ce qu'ils se fréquentent « à cause de la religion ». Mais les membres de sa famille ont contesté cette version, (...)

Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :