Adolescent tué à Champigny: le suspect âgé de 16 ans mis en examen pour assassinat

·3 min de lecture
Photo non datée de Matteo,  mortellement poignardé le 18 mai 2021 à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), fournie par sa famille le 20 mai 2021 - CINDY HINAULT © 2019 AFP
Photo non datée de Matteo, mortellement poignardé le 18 mai 2021 à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), fournie par sa famille le 20 mai 2021 - CINDY HINAULT © 2019 AFP

L'adolescent de 16 ans suspecté d'avoir mortellement poignardé mardi un de ses voisins, Mattéo, 17 ans, à Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, a été mis en examen vendredi pour assassinat, a indiqué le parquet de Créteil, contacté par l'AFP.

Le suspect, qui a nié les faits qui lui sont reprochés pendant sa garde à vue puis gardé le silence devant le juge d'instruction, a été placé en détention provisoire, a précisé la même source.

Son avocat, Me Raphaël Deutsch, a indiqué ne "pas avoir de déclaration à faire pour le moment".

Un "pote" mais pas "un ami proche"

Mardi vers 18h40, Mattéo a été mortellement blessé à l'arme blanche au pied de l'un des 29 bâtiments de sa résidence du Clos des Perroquets, où il vit depuis ses deux ans. Le drame a eu lieu entre deux barres d'immeubles, où la victime et un petit groupe de voisins avaient l'habitude de jouer au ballon ou fumer une chicha.

Le suspect est l'un des "potes" de ce groupe de voisins, a dit à l'AFP un copain de Mattéo, qui le fréquentait depuis le collège. Mais d'après sa famille, ce n'est pas "un ami proche". "Je l'ai croisé mais je ne l'ai jamais vu à la maison", a assuré la mère de Mattéo, Cindy Hinault.

L'arme n'a pas encore été retrouvée par les enquêteurs de la police judiciaire du Val-de-Marne. L'autopsie a constaté une plaie profonde de près de 11 centimètres près du coeur de la victime.

Différend entre deux personnes

L'homicide a bouleversé les habitants de cette résidence située à une quinzaine de kilomètres à l'est de Paris. Plusieurs ont confié à l'AFP être dérangés par "quelques trafics" mais n'avoir jamais connu un événement aussi violent qu'un meurtre. La résidence a "ses petits problèmes", mais "jamais dramatiques" habituellement, avait indiqué le maire de la ville, Laurent Jeanne (Libres !).

Dans cette affaire, la piste d'un différend entre deux personnes a été très rapidement privilégiée par les enquêteurs, écartant celle d'un conflit entre bandes de jeunes. Ces affrontements entre groupes rivaux, récurrents, ont causé la mort de plusieurs adolescents ces derniers mois en région francilienne.

Une marche blanche dimanche

Des conflits entre adolescents liés aux réseaux sociaux ont connu récemment la même issue dramatique. Dans le même département du Val-de-Marne, une adolescente de 17 ans, Marjorie, a été tuée la semaine dernière de plusieurs coups de couteau à Ivry-sur-Seine. Le suspect, âgé de 15 ans, a été mis en examen pour meurtre et placé en détention provisoire.

"J'espère que les pouvoirs publics vont vraiment prendre en compte, et très vite, toutes les familles endolories par la mort d'un enfant", a dit à l'AFP Jorge de Valadares, le père de Mattéo.

Sportif, Mattéo a pratiqué pendant onze ans le hockey-sur-glace. Lycéen en bac pro commerce, il aspirait à devenir assistant vétérinaire. Sa famille biculturelle l'avait rendu "très ouvert", entre son père portugais et catholique et sa mère française et athée, a raconté son père.

"Mattéo est drôle de base, mais c'est surtout son rire à lui qui est aussi marrant", a aussi confié son copain Timéo, âgé de 15 ans, qui parle encore de son ami au présent: "quand Mattéo rigole, ça grésille". Une marche blanche à sa mémoire est prévue dimanche, a indiqué la famille.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles