Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60 % des vertébrés ont disparu en 44 ans

Libération.fr
George le Solitaire dans le parc national des îles Galapagos, le 29 avril 2007.

Selon le WWF, entre 1970 et 2014, les populations de vertébrés sauvages ont chuté de 60 % au niveau mondial. La dégringolade est encore plus marquée dans les zones tropicales. Il en va pourtant de la survie de l'humanité.

Notre maison perd la vie et nous regardons ailleurs – pour paraphraser Jacques Chirac au Sommet de la Terre de 2002. L’ONG WWF publie ce mardi son dernier rapport Planète vivante sur l’état de la biodiversité mondiale. Sans surprise, celui-ci est alarmant, confirmant la tendance ahurissante déjà pointée par les derniers rapports datant de 2016 et 2014. Cette année, l’«Indice planète vivante» (IPV, calculé par la Société zoologique de Londres à partir de données scientifiques collectées sur 16 704 populations appartenant à 4 005 espèces de vertébrés), montre qu’entre 1970 et 2014, les populations de vertébrés sauvages (poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles) ont chuté de 60 % au niveau mondial.

La dégringolade est encore plus marquée dans les zones tropicales. L’Amérique du Sud et l’Amérique centrale ont subi le déclin le plus important, avec une perte de 89 % des populations en 44 ans. Le rythme actuel d’extinction des espèces est aujourd’hui 100 à 1 000 fois supérieur à celui qu’a connu la Terre avant que la pression humaine ne devienne un facteur prépondérant.

Humanité en danger

La dégradation et la perte d’habitat représentent systématiquement les menaces les plus signalées, dans toutes les régions du monde. En cause, les activités humaines et leurs conséquences : agriculture intensive, dégradation des sols, surexploitation, surpêche, dérèglement climatique, pollution plastique, espèces envahissantes… Avec l’explosion de la demande en ressources naturelles et en énergie, l’empreinte écologique mondiale, qui mesure l’impact des activités humaines sur les ressources naturelles, a doublé en un demi-siècle. Seul un quart des terres a échappé aux activités d’Homo sapiens. Un chiffre qui devrait chuter à seulement 10 % en 2050 si l’on (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Cette vidéo peut également vous intéresser :