"Adieu monsieur le professeur": Hugues Aufray raconte l'histoire de sa chanson devenue un hymne

Mathilde Pereira Karsenti
·Journaliste rédactrice au service Culture
·2 min de lecture

SAMUEL PATY - Hugues Aufray, auteur compositeur français est revenu, à l’occasion de ce jour d’hommage à Samuel Paty, sur la résonance particulière de son morceau “Adieu monsieur le professeur” écrit en 1968. Pour témoigner de son soutien aux enseignants, l’artiste de 91 ans a donné une interview au Parisien ce dimanche 1er novembre.

Suite à l’assassinat du professeur d’histoire-géographie le vendredi 16 octobre, un important mouvement de solidarité envers les enseignants et pour revendiquer la liberté d’expression est né. Sa chanson avait été reprise par une partie de la foule présente sur la Place de la République le 18 octobre, comme vous pouvez le voir sur la vidéo en tête d’article.

“Une chanson d’amour pour les professeurs”

Cela l’a extrêmement touché. Plus qu’une simple pensée, c’est une reconnaissance toute particulière envers les professeurs que le chanteur témoigne dans ce morceau. “C’est une chanson pour remercier ces femmes et hommes qui ont donné leur vie aux enfants pour les instruire”, explique-t-il au quotidien.

À l’origine, ce titre, Hugues Aufray l’a écrit dans un tout autre contexte. Il explique d’ailleurs au Parisien qu’il a été inspiré par un professeur de l’école de sa petite fille de 6 ans lorsqu’elle était en dernière année de maternelle. Ce dernier partant à la retraite a prononcé un discours d’au revoir “dans l’indifférence générale” et cela a bouleversé le chanteur.

“Une chanson bourgeoise et réactionnaire”

Bien que ce morceau écrit en 1968 ait vite été qualifié d’oeuvre “bourgeoise et réactionnaire”, le chanteur explique qu’il a paradoxalement rapidement été accueilli par le corps professoral. Très souvent, les professeurs partant à la retraite interprètent cette chanson.

Hugues Aufray mène un combat dans “Adieu monsieur le professeur”. Cela fait une cinquantaine d’années qu’il tente de convaincre les politiques de changer le nom du Ministère de l’Éducation nationale en “Ministère de l’Instruction publique” tel qu’il avait été choisi pendant la Révolution jusqu’à 1932.

“Depuis 52 ans, je l’interprète à tous mes concerts. Et je l’ai toujours précédé d’un petit discours pour rappeler que les enseignants ne sont pas là pour éduquer nos enfants, mais pour les instruire”, précise-t-il.

À voir également sur Le HuffPost : Comme Samuel Paty, ces profs n’hésiteraient pas à montrer les caricatures de Charlie Hebdo

LIRE AUSSI:

La lettre de Jaurès aux enseignants, "meilleure réponse face à la barbarie"

Hommage Samuel Paty: Camélia Jordana et Teddy Riner lisent Éluard

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.