Adieu les cons (Canal+) Virginie Efira : "Albert Dupontel, sait raconter des histoires aux gens"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le 12 mars dernier, Albert Dupontel n’a pas assisté au triomphe de son film, récompensé sept fois lors de la 46e cérémonie des César. L’artiste, qui refuse le principe même de compétition, a pris connaissance à son réveil du carton plein réalisé par son septième long-métrage. Pour lui, seul compte l’avis du public. Sorti le 21 octobre 2020, une semaine avant le deuxième confinement et la fermeture des salles, Adieu les cons avait séduit 700 000 spectateurs ! Puis, dès la réouverture des salles de cinéma, le public s’est de nouveau précipité pour vibrer devant les tribulations tragi-comiques de sa bande d’éclopés qui part à la recherche d’un enfant né sous X vingt-cinq ans plus tôt.

À lire également

Albert Dupontel dévoile la raison pour laquelle il a interrompu ses études de médecine à mi-parcours

La coiffeuse, l’archiviste et l’informaticien

On assiste donc à la bourlingue désenchantée de Suze Trapet (Virginie Efira), coiffeuse victime d’une maladie professionnelle létale, de JB (Albert Dupontel), informaticien suicidaire en plein burn-out, et de monsieur Blin (Nicolas Marié), archiviste placardisé, dont la cécité n’entrave pas la clairvoyance. Ensemble, ces bras cassés attachants résisten... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles