Adèle Haenel et Céline Sciamma quittent la salle après le César de Polanski

"Distinguer Polanski, c’est cracher au visage de toutes les victimes", avait déclaré l'actrice au New York Times. (Photo: CANAL + )

CÉSAR 2020 - Le vainqueur du César 2020 du meilleur réalisateur n’a pas du tout été du goût d’Adèle Haenel et Céline Sciamma. L’actrice et la réalisatrice ont décidé de quitter la salle quelques instants après l’annonce du résultat devant les caméras de Canal+.

Au cours d’une cérémonie marquée par la polémique entourant les 12 nominations du film “J’accuse”, l’actrice a décidé de quitter la salle. “La honte”, a-t-elle lancé en partant, suivie rapidement par la réalisatrice Céline Sciamma et quelques autres personnes, comme vous pouvez le voir en vidéo ci-dessous.

 

L’actrice a ensuite été filmée par la presse quittant la Salle Pleyel. Hors d’elle, Adèle Haenel s’est passée de commentaires face caméra, mais n’a pas pu retenir un “Vive la pédophilie! Bravo la pédophilie!” alors qu’elle se dirigeait vers la sortie. 

Quelques instants plus tôt, le sacre de Roman Polanski avait été accompagné de quelques huées dans la salle, bien couverts par la musique d’ambiance de l’orchestre.

Adèle Haenel avait annoncé la couleur quelques jours avant la cérémonie dans une interview au New York Times. “Distinguer Polanski, c’est cracher au visage de toutes les victimes. Ça veut dire, ‘ce n’est pas si grave de violer des femmes’. À la sortie de ‘J’accuse’, on a entendu crier à la censure alors qu’il ne s’agit pas censurer, mais de choisir qui on veut regarder”, avait confié  au quotidien américain celle qui a été la première à dénoncer ouvertement le harcèlement dans le milieu du cinéma français.

Le 4 novembre, la comédienne de 31 ans a affirmé à Mediapart avoir été victime d’attouchements et de harcèlement sexuel de la part du réalisateur Christophe Ruggia quand elle était âgée de 12 à 15 ans. L’actrice est depuis devenue le symbole d’un nouvel élan de #MeToo en France

Vives tensions devant la salle Pleyel

Juste avant la cérémonie, des féministes avaient manifesté devant la salle Pleyel à Paris. Les manifestantes avaient entonné des slogans hostiles au réalisateur tels que “Polanski violeur, cinéma coupable”et plus globalement anti-sexistes, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessous.  

 

La place donnée à Roman Polanski est jugée inacceptable par les féministes et une partie de l’opinion publique, alors qu’il est visé depuis novembre par une nouvelle accusation de viol de la part de la Française Valentine Monnier, qui dit avoir été frappée et violée par lui en 1975, alors qu’elle était âgée de 18 ans.

Le réalisateur de 86 ans est également toujours poursuivi par la justice américaine pour relations sexuelles illégales avec une mineure en 1977.

À quelques mètres, sur le tapis rouge, Adèle Haenel avait quant à elle fait part de sa tension avant la cérémonie.“Je pense que c’est important que l’on soit là. On est un peu tendues, je dirais et contentes de pouvoir représenter notre cinéma et nos idées”, avait-elle expliqué au micro du journaliste de Canal + Laurent Weil. 

À voir également sur Le HuffPost: César 2020: les grands vainqueurs de la cérémonie

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

LIRE AUSSI

Aux César 2020, le discours de Florence Foresti sur Polanski surprend tout le monde

Aux César 2020, Aïssa Maïga livre un plaidoyer pour plus de diversité au cinéma

This article originally appeared on HuffPost.