"Nous sommes des oubliés" : l'impossible deuil des familles des victimes du mouvement des "gilets jaunes"

Margaux Duguet
Depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", onze personnes ont perdu la vie, essentiellement lors d'accidents de la route. Franceinfo a retrouvé les familles de ces victimes.

"Je suis très très en colère". Au téléphone, la voix de Nadia Buège ne tremble pas. Cette mère de deux enfants, sans emploi et âgée de 48 ans, a perdu son fils, Thibaut, dans la nuit du 1er au 2décembre. Le jeune homme de 27ans, qui était à la fois intérimaire et en CDI à temps partiel chez un traiteur, revenait d'une prestation chez des clients à Aubagne (Bouches-du-Rhône), lorsque sa camionnette s'est encastrée dans un camion bloqué par un barrage des "gilets jaunes", à hauteur de Raphèle-lès-Arles, près d'Arles. "Il n'a pas pu éviter le camion, il est mort sur le coup", souffle sa mère qui a été alertée le lendemain par son autre fils et sa belle-fille. Thibaut laisse derrière lui sa compagne et son enfant de trois ans né d'une première union.

Depuis le début du mouvement, onze personnes ont perdu la vie, dont cinq "gilets jaunes". Si la plupart des décès sont liés à des accidents de la route, deux sont morts d'un problème cardiaque, note <a
href="https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/30/qui-sont-les-11-morts-du-mouvement-des-gilets-jaunes-mentionnes-par-emmanuel-macron_1706158" target="_blank">CheckNews. Pour les familles des victimes qui n'étaient pas des "gilets jaunes", la colère, la tristesse et un fort sentiment d'abandon se mêlent inextricablement.

"Thibaut est une victime des 'gilets jaunes'"

"Ce sont les actions des 'gilets jaunes' qui l'ont tué", affirme, dimanche 17février, dans leJDD Nadia Bègue.Elle est la première proche d'une victime non (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Cette vidéo peut également vous intéresser :