Les actions européennes saluent des indicateurs encourageants

par Marc Angrand
·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN HAUSSE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi, rassurées par des indicateurs économiques meilleurs qu'attendu venus s'ajouter aux espoirs d'un compromis sur l'après-Brexit et d'un déploiement rapide de vaccins contre le coronavirus dans l'Union européenne.

À Paris, le CAC 40, passé un temps dans le rouge dans l'après-midi avec le recul des valeurs bancaires, affiche en clôture une hausse de 0,31% (17,37 points) à 5.547,68 points. A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,86% et à Francfort, le Dax a progressé de 1,52%.

L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,61%, le FTSEurofirst 300 0,74% et le Stoxx 600 0,82% à 396,08 points, sa meilleure clôture depuis le 26 février.

Tous ont ainsi profité des chiffres meilleurs qu'attendu des indices PMI "flash" sur l'activité dans le secteur privé en Europe, supérieurs au consensus pour la plupart d'entre eux et qui suggèrent une contraction atténuée de l'économie malgré les mesures de reconfinement prises ces dernières semaines dans de nombreux pays.

Les marchés ont également salué la perspective de plus en plus nette d'un compromis au Congrès américain sur un plan de relance dont le montant pourrait atteindre 900 milliards de dollars (738 milliards d'euros).

Les dernières informations sur le Brexit sont elles aussi jugées encourageantes, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen ayant évoqué des progrès et un chemin, bien que "très étroit", vers un accord.

Les indices européens ont toutefois réduit leurs gains après l'annonce d'une baisse plus forte qu'anticipé des ventes au détail aux Etats-Unis le mois dernier et l'ouverture prudente de Wall Street.

Les investisseurs américains attendent en effet, à 19h00 GMT, les décisions de politique monétaire de la Réserve fédérale, puis la conférence de presse de son président, Jerome Powell, une demi-heure plus tard.

VALEURS

En Europe, la plus forte hausse sectorielle du jour est pour l'assurance (+2,15%), qui a profité de la remontée marquée des rendements obligataires après les PMI.

Le compartiment automobile (+1,44%) a quant à lui bénéficié de l'annonce par l'équipementier allemand Continental (+2,87%) d'une prévision de bénéfice imposable annuel supérieure aux attentes.

A noter aussi, le bond de 23,29% de l'action Altice Europe en réaction au relèvement par Patrick Drahi, son premier actionnaire, du prix de son offre aux minoritaires.

A la baisse, les banques ont mal réagi aux décisions de la Banque centrale européenne (BCE) sur la reprise partielle des dividendes et des rachats d'actions en 2021: leur indice de référence a cédé 1,1% et à Paris, BNP Paribas (-2,10%), Crédit agricole (-1,83%) et Société générale figurent parmi les replis les plus marqués du CAC 40.

Kering a abandonné 2,7% après les informations de presse évoquant une enquête du fisc français sur les pratiques comptables du groupe.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, l'indice américain Wall Street évoluait en ordre dispersé mais dans de faibles marges: le Dow Jones cédait 0,08% tandis que le Standard & Poor's 500 gagnait 0,24% et que le Nasdaq Composite prenait 0,16% après un record à 12.633,68 points.

CHANGES

Dopé par les bons chiffres des PMI et les signes de progrès dans les discussions sur le Brexit, l'euro a franchi 1,22 dollar pour la première fois depuis avril 2018 avant de revenir autour de 1,2170.

La livre sterling, de son côté, est en hausse face à la monnaie unique européenne (+0,12%) comme face au dollar (+0,30%).

A noter aussi, le plus haut de cinq ans du franc suisse face au billet vert après que les Etats-Unis ont accusé la Suisse de manipuler sa monnaie, mais également le record du bitcoin à plus de 20.000 dollars

TAUX

La bonne surprise des PMI, en favorisant la hausse des actions, a pesé sur le marché obligataire et fait remonter les rendements: celui du Bund allemand à dix ans a pris plus de quatre points de base sur la journée pour finir à -0,567%.

Sur le marché américain, les rendements de référence sont pratiquement inchangés en attendant les décisions de la Fed, à 0,9213% pour les titres à dix ans.

PÉTROLE

Le marché pétrolier reste pénalisé par les inquiétudes sur la demande liées à la situation sanitaire et par les chiffres des ventes au détail aux Etats-Unis, même si l'annonce d'une baisse plus marquée qu'attendu des stocks de brut américains lui a permis de réduire ses pertes.

Le Brent est pratiquement inchangé à 50,75 dollars le baril mais le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagne 0,29% à 47,48 dollars après un plus bas à 47,17.

L'Energy Information Administration (EIA) américaine a fait état d'une diminution plus marquée qu'attendu, de 3,1 millions de barils, des réserves de brut la semaine dernière.

A SUIVRE JEUDI:

La séance de jeudi sera animée entre autres par les communiqués de politique monétaire de la Banque d'Angleterre et de la Banque nationale suisse, puis par les chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage aux Etats-Unis.

(Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)