Les actions applaudissent une nouvelle série de bonnes nouvelles

par Marc Angrand
·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES EN NETTE HAUSSE À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES EN NETTE HAUSSE À MI-SÉANCE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - La Bourse de New York est attendue en nette hausse et les principaux marchés européens amplifient leur progression à mi-séance lundi après des annonces positives du laboratoire Moderna sur son candidat vaccin contre le coronavirus, qui s'ajoutent à des nouvelles encourageantes sur la poursuite de la reprise économique en Chine et au Japon.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de plus de 1% pour le Standard & Poor's 500, de 1,7% pour le Dow Jones et à l'équilibre pour le Nasdaq, toujours pénalisé par la rotation sectorielle.

À Paris, le CAC 40 gagne 2,34% à 5.506,28 points vers 12h10 GMT après avoir atteint son plus haut niveau depuis le 27 février à 5.515,33. A Londres, le FTSE 100 prend 1,39% et à Francfort, le Dax avance de 1,31%.

L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 1,69%, le FTSEurofirst 300 de 1,27% et le Stoxx 600 de 1,36%, lui aussi au plus haut depuis près de neuf mois.

Tous ont accru leurs gains après la publication par Moderna de résultats provisoires d'essais cliniques sur son vaccin expérimental, qui font ressortir un taux d'efficacité de 94,5%.

Les investisseurs saluent aussi les chiffres meilleurs qu'attendu de la croissance japonaise au troisième trimestre et surtout de la production industrielle chinoise en octobre, qui a dépassé les attentes, confirmant la reprise continue de la deuxième économie mondiale.

Ces chiffres ont permis à l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo d'inscrire un plus haut de clôture de 29 ans et aux indices phares chinois de gagner 1%.

L'annonce pendant le week-end d'un accord de libre-échange entre 15 pays de la région Asie-Pacifique, dont la Chine, le Japon et la Corée du Sud, est également bien accueillie par les marchés.

VALEURS EN EUROPE

La plus forte progression sectorielle du jour en Europe est une nouvelle fois pour les banques, dont l'indice Stoxx gagne 4,47%, au plus haut depuis le 10 mars.

Parallèlement aux espoirs de reprise économique, cette envolée s'explique par le bond de 16,57% de l'espagnole BBVA après l'annonce de la vente de ses activités américaines à PNC Financial Services pour 11,6 milliards de dollars (9,7 milliards d'euros).

L'optimisme sur l'évolution de la crise sanitaire bénéficie également au secteur du tourisme et des loisirs (+3,20%).

A Paris, la plus forte hausse du CAC 40 est pour Unibail-Rodamco-Westfield, qui s'adjuge 14,79% après les informations sur un possible départ du directeur général et du directeur financier après le rejet du projet d'appel au marché.

Alstom prend pour sa part 3,43% en dépit de l'annonce d'une augmentation de capital de deux milliards d'euros pour financer le rachat de la branche transports du canadien Bombardier.

TAUX

Les rendements obligataires remontent après les annonces de Moderna: celui du Bund allemand à dix ans s'affiche à -0,52% et son équivalent américain à 0,9226%.

La tendance sur les marchés reste toutefois influencée par les anticipations de nouvelles mesures de soutien des banques centrales, en zone euro notamment, susceptibles de limiter la hausse des rendements.

CHANGES

Le regain confirmé d'intérêt des investisseurs pour les actifs à risque défavorise le dollar face aux autres grandes devises et l'indice qui mesure ses fluctuations par rapport à un panier de référence est quasi stable.

L'euro réduit toutefois ses gains et revient pratiquement à l'équilibre à 1,1845 dollar après avoir atteint 1,1868, son plus haut niveau depuis une semaine.

La livre sterling souffre quant à elle de l'absence apparente de progrès dans les négociations entre Londres et Bruxelles.

PÉTROLE

Les annonces de Moderna et les indicateurs japonais et chinois profitent aussi au marché pétrolier, en s'ajoutant aux espoirs de voir l'Opep et ses alliés renoncer à augmenter leur production de deux millions par barils par jour dès le mois de janvier.

Le Brent gagne 3,16% à 44,13 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 3,39% à 41,49 dollars.

(édité par Patrick Vignal)