Action de groupe de plusieurs ONG contre l’Etat pour mettre fin aux contrôles au faciès

·1 min de lecture

Six organisations françaises et internationales de défense des droits humains lancent jeudi une action de groupe contre l'État français pour mettre fin aux contrôles d'identité au faciès, en saisissant le Conseil d'État. En 2016, le défenseur des droits estimait que les jeunes hommes perçus comme noirs ou arabes avait 20 fois plus de probabilité d'être contrôlés que le reste de la population. Cette action de groupe fait suite à une mise en demeure adressée fin janvier au gouvernement pour demander d’engager des réformes structurelles et des mesures concrètes afin de mettre un terme aux pratiques policières discriminatoires. Cette injonction est restée sans réponse jusqu'à aujourd'hui.

Ce silence est inacceptable pour ceux qui, comme Issa Coulibaly, 41 ans, ont subi des contrôles d'identité discriminatoires. Il est aujourd'hui à la tête de l'association parisienne Pazapas qui participe à cette action de groupe contre l'Etat français. "Ça fait vraiment partie des expériences le plus communément partagées par les jeunes des quartiers perçus comme noirs ou arabes", explique-t-il au micro d'Europe 1. Forcément, ça résonne en moi par rapport à l'humiliation que ça représente de se retrouver, par exemple, dans les couloirs du métro Belleville, à être obligé d'enlever ses chaussures et voir sa voisine passer. C'est l'indicateur de mauvaises relations entre la police et sa population.

>>Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Que la justice "impose une réform...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles