Acteur, chanteur, animateur: la facette people de Bernard Tapie, mort ce dimanche

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Bernard Tapie le 10 juillet lors d'un débat télévisé à Paris. - Fred Dufour - AFP
Bernard Tapie le 10 juillet lors d'un débat télévisé à Paris. - Fred Dufour - AFP

Pas de blues du businessman pour lui. On l'a connu chef d'entreprise, patron de club de football, homme politique... Mais Bernard Tapie, qui vient de s'éteindre à l'âge de 78 ans des suites d'un cancer de l'estomac, a eu bien d'autres carrières plus artistiques.

Il a été acteur, au théâtre et au cinéma, il s'est essayé à la chanson, et a animé une émission de radio. Retour sur les mille vies de Bernard Tapie.

Tapie chanteur

Des yéyé à Doc Gynéco. C'est dans la chanson que le tout jeune Bernard Tapie a d'abord tenté de percer, avant même de se lancer dans les affaires. En 1966, en pleine période yéyé, il publie plusieurs chansons sous le nom de Bernard Tapy, dont Pour de rire, pour de vrai, Vite un verre ou encore Sauve qui peut. C'est sans doute ce que fait le public, car la carrière musicale prend fin la même année.

https://www.youtube.com/embed/siJm0Yic9QU?rel=0

Bernard Tapie revient pourtant à la chanson en 1985. Celui qui est entre temps devenu le champion des reprises d'entreprises en faillite (Terraillon, Look, Wonder) interprète deux chansons coécrites avec Didier Barbelivien intitulées Réussir sa vie et Je t'interdis au profit de la fondation de Lino Ventura Perce-Neige.

Sa carrière musicale se relance (et s'achève) en 1998, lorsque Bernard Tapie participe au morceau C'est beau la vie, avec Doc Gynéco. Ambiance street cred pour l'homme d'affaires désormais ex-taulard, puisqu'il a purgé une peine de 8 mois de prison ferme dans l'affaire du match truqué OM-VA.

"Alors, putain dis-moi, ce match on te l'a vendu?" chante Doc Gynéco. "Mais tu rigoles, je les aime à Valenciennes", lui répond Tapie, en pleine opération rédemption.

Tapie acteur

En 1995, inéligible et en faillite personnelle, Bernard Tapie se tourne vers le cinéma. Il incarne le héros du film de Claude Lelouch, Hommes, femmes, Mode d'emploi, aux côtés de Fabrice Luchini, Alessandra Martinez, Ophélie Winter. Il y incarne un homme d'affaires qui souffre de l'estomac et pense être atteint d'un cancer...

Il se partage ensuite, pendant plusieurs années, entre les planches et le petit écran. Il joue d'abord le rôle principal dans un téléfilm, Cazas, réalisé par Yves Boisset: l'histoire d'un médecin militaire accusé à tort de trafic de médicaments.

Puis Bernard Tapie incarne le commissaire Valence, dans la série du même nom, 12 épisodes diffusés sur TF1 de 2003 à 2008.

https://www.youtube.com/embed/7b16inf3c0I?rel=0

Il se lance sur la scène en 2001, avec Vol au-dessus d'un nid de coucou, tiré de la pièce de Dale Wasserman, dans le rôle que tenait Jack Nicholson au cinéma.

Bernard Tapie tâte aussi du théâtre de boulevard avec Oscar, de Chantal Ladessou. Retrouve Agnès Soral (croisée dans le film de Lelouch) dans Un beau salaud en 2004. Deux rôles qu'il reprend dans les adaptations télévisées éponymes, en 2005 et 2008. Il apparaît enfin dans Les montagnes russes en 2012, reprenant un rôle créé par Alain Delon.

"On revient en enfance, c'est ça la vertu de l'acteur, c'est d'être en enfance", expliquait-il sur le plateau de Thierry Ardisson dans Tout le monde en parle.

Tapie animateur

D'abord bon client des émissions de télé des années 1980 (Le Grand échiquier, 7 sur 7, Champs Elysées, Le jeu de la vérité, et l'inoubliable Gym Tonic, avec Véronique et Davina, où il sautillait en rythme vêtu d'un marcel rouge et d'un pantalon vert), il crée une émission intitulée Ambitions, en 1986. Alors chef d'entreprise en pleine gloire - c'est l'époque de la célèbre pub pour les piles Wonder "Qu'est-ce qui fait marcher Tapie" - , il y aide de jeunes entrepreneurs à mener à bien des projets.

Animateur radio, il présente Allô Bernard sur RMC en 1999. Les auditeurs l'appellent pour parler de leurs problèmes ou de problèmes de société.

Il revient dans les années 2000, en tant qu'animateur TV. En 2002, il présente ainsi une émission intitulée A tort ou à raison, sur TF1. Il y reçoit des invités deux fois par mois, pour y débattre de thèmes de société. Puis en 2004, il anime un autre magazine télé, sur RTL9, Rien à cacher. Il y reçoit Jacques Séguéla, Geneviève de Fontenay ou encore Jamel Debbouze et Claire Chazal.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles