Des actes de vandalisme provoquent des perturbations d'internet dans plusieurs villes françaises

FRED TANNEAU / AFP

Plusieurs grandes villes françaises dont Grenoble et Strasbourg ont subi des ralentissements et des coupures de l'accès à internet mercredi.

Des ralentissements et des coupures de l'accès à internet ont été signalés mercredi matin dans plusieurs grandes villes françaises dont Grenoble et Strasbourg, après que des actes de vandalisme ont touché le réseau de fibres optiques, selon des sources concordantes. Le ministère de l'Economie a confirmé à l'AFP avoir été informé du problème de "tuyaux sectionnés" qui pourraient correspondre à des actes de vandalisme. "Ce genre d’incident de cette ampleur, ça n’arrive jamais", a déclaré à l'AFP une source proche du dossier. "C’est la première fois, et on ne sait pas qui c’est, pour l’instant", a-t-elle poursuivi, indiquant que des dispositifs de surveillance avaient été mis en place pour éviter que cela n'arrive ailleurs.

L'opérateur Free, largement affecté, a signalé sur Twitter de "multiples actes de malveillances" sur l'infrastructure fibre survenus durant la nuit et désormais "circonscrits". "Les attaques ont eu lieu cette nuit à 4h00. Depuis ce matin, les équipes sont mobilisées", a déclaré à l'AFP l'opérateur qui espère que le réseau sera "rétabli dans la journée".

L'opérateur SFR, également concerné, a confirmé "plusieurs coupures de fibre" autour de Lyon et en Ile-de-France, dont l'origine "est inconnue". "Les équipes sont sur le pont" et les "travaux sont en cours", a poursuivi l'entreprise. En revanche, leur concurrent Bouygues Telecom "n'utilise pas les liens concernés par ces dysfonctionnements et les services mobiles et fixes sont assurés normalement", a déclaré le groupe à l'AFP.


Retrouvez cet article sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles